Cet article date de plus de 7 ans

14/18. La Grande Guerre en Haute-Savoie et les commémorations

Il y a cent ans débutait un conflit au lourd bilan humain. Bien qu'éloigné des champs de bataille, le département de Haute-Savoie a subi cette Grande Guerre de quatre ans, envoyant des hommes et accueillant des réfugiés. Retour sur cette Histoire. 
Juin 1914, l'assassinat de l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie entraîne l'Europe et le monde dans un cataclysme sans précédent.
Le 4 août 1914, le président du Conseil, René Viviani, déclare: "la France sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l'ennemi l'Union Sacrée."

L'adhésion à cette idée est unanime en Haute-Savoie. Devant le danger, un vent de concorde balaie toutes les divisions idéologiques. Pourtant, après les premiers succès, la retraite inquiète les populations qui, malgré la victoire de la Marne, comprennent que ce conflit va s'inscrire dans la durée et qu’il n'épargnera pas les civils. En 1916, le sous préfet de Bonneville écrit: "Les pertes subies dans les familles sont supportées stoïquement et en silence."

Mais, avec le rude hiver 1916-1917 qui engendre l'inflation, le moral de l'arrière s'effondre. Les pénuries alimentaires touchent successivement tous les produits alimentaires (sucre, charbon, lait, beurre, viande…) alors que les réquisitions, destinées aux armées, s'accélèrent. Des grèves d'ouvrières éclatent, comme à Annecy, dans la Manufacture de filature et de tissage, pour l'obtention de salaires décents.

Pourtant la population haut-savoyarde reste solidaire. Elle souscrit massivement aux emprunts d'Etat. Les associations d'entraide fleurissent dans tout le département pour venir en aide aux réfugiés, aux veuves et orphelins.

L'annonce de l'Armistice du 11 novembre 1918 signifie non seulement la victoire, mais aussi la fin des souffrances, le soulagement d'avoir survécu pour des dizaines de milliers de Haut-Savoyards mobilisés dont 20.000 reposent sur les divers champs de bataille. Pour les nombreuses familles endeuillées, les médailles n'atténueront pas leur chagrin.

 

Les réfugiés en Haute-Savoie

Considérés comme autant de "bouches inutiles", près d'un demi-million de femmes, d'enfants et de vieillards habitant les zones occupées du nord et de l'est de la France ont été évacués par les autorités allemandes entre l'automne 1914 et la fin des hostilités. Acheminés via la Suisse par convois ferroviaires, ces rapatriés français arrivaient dans un état de grand dénuement.

D'abord station d'attente puis, à partir de janvier 1917 centre principal du dispositif d'accueil mis en place par les pouvoirs publics, la station thermale d'Evian-les-Bains a pris en charge, réconforté, soigné et hébergé plus de 487.000 d'entre eux.


 

Les manifestations estivales du centenaire en Haute-Savoie

Vendredi 1er août entre 11 heures et 15 heures, dans de nombreuses communes de Haute-Savoie, sonnerie du tocsin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire histoires 14-18 il y a cent ans