Haute-Savoie : un militaire de La Réunion se tue après une chute en parapente de 200 mètres à Talloires-Montmin

Un homme de 50 ans a fait une chute mortelle de 200 mètres, lundi 14 septembre, sur la commune de Talloires-Montmin (Haute-Savoie), à proximité de l'aire de décollage de Planfait. Il s'agirait d'un militaire du PGHM de La Réunion.

Un hélicoptère Dragon 74 a été dépêché.
Un hélicoptère Dragon 74 a été dépêché. © Grégory Yetchemeniza - MaxPPP
Un homme de 50 ans est décédé, ce lundi 14 septembre en début d'après-midi, à la suite d'une chute en parapente, sur la commune de Talloires-Montmin, à proximité de l'aire de décollage de Planfait, en Haute-Savoie. Une information révélée par Le Dauphiné Libéré, que nous avons pu confirmer auprès des secours en montagne. L'homme a eu un problème de pilotage au cours du vol.

Selon nos confrères de Réunion la 1ère, il s'agirait d'un militaire du PGHM (Peloton de gendarmerie de haute-montagne) local. L'information a été confirmée auprès de la gendarmerie de La Réunion. Avec la Corse, c'est le seul département hors Hexagone à détenir un PGHM. 

Le Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) d'Annecy a été alerté peu après 14 heures par un moniteur breveté d'Etat de parapente, témoin de la scène. Selon le PGHM, le parapentiste a effectué une autorotation et a chuté de 200 mètres en contrebas. 


 

Une enquête ouverte


Des membres du PGHM d'Annecy et du Groupe de montagne des sapeurs-pompiers (GMSP) de Haute-Savoie sont intervenus, en compagnie d'un médecin du SAMU 74, qui a déclaré la victime décédée malgré des tentatives de réanimation. L'hélicoptère de la sécurité civile, Dragon 74, a été utilisé pour tenter de secourir la victime, puis, pour ramener le corps aux pompes funèbres.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ouverte par le parquet d'Annecy et confiée au Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) d'Annecy, l'homme aurait été victime d'une fermeture de voile qu'il n'a pu maîtriser. "Les fortes chaleurs créent des phénomènes thermiques qui peuvent expliquer cette fermeture de voile impromptue", ont ajouté les secours.

L'enquête se poursuit pour déterminer les circonstances de l'accident.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident montagne nature