La France à l'honneur au Festival du film d'animation d'Annecy, Haute-Savoie

Ce lundi 13 juin, le coup d'envoi du Festival International du Film d'Animation d'Annecy a été donné. Les festivaliers sont venus en nombre, du monde entier pour assister aux premières projections. C'est La Tortue rouge, film réalisé en France, qui a été projeté en ouverture.

L'ambiance est plutôt détendue, ce lundi, aux bords du lac d’Annecy, près de 9000 festivaliers se sont donnés rendez-vous. Réalisateurs, producteurs ou étudiants sont venus avec une seule idée en tête: profiter du festival et des rencontres qu’il permet.

"C'est le seul festival qui présente autant de diversité dans le film d'auteur de façon historique et contemporaine, » confie un festivalier. Qu’ils viennent du Japon, d’Inde ou encore des États-Unis, tous saluent la singularité de l’événement.
Au programme cette année 237 films en compétition. Regroupant courts-métrages, films de télévision ou encore longs métrages. Et parmi les membres du jury, le compositeur Bruno Coulais. Auteur compositeur de la célèbre musique des Choristes ou de Coraline.

« L’actualité a préoccupé les animateurs » 

Pour Bruno Coulais, la musique «joue un rôle primordial dans le cinéma d’animation. Peut-être parce que l'on est moins dans le réalisme. Elle est presque organique par rapport à la structure du film."

La musique comme baromètre des sentiments lors du visionnage d’un film jouera d’autant plus un grand rôle cette année que le cru 2016 s'annonce très riche. « L’actualité a préoccupé les animateurs » explique Marcel Jean, le directeur artistique du festival.

Immigration, liberté d’expression ou encore maladie d'Alzheimer, les thèmes sont variés et ne prêteront pas forcément à sourire… Mais ils feront réfléchir. Selon Marcel Jean, ces thèmes sont révélateurs de « l’écoute du monde des réalisateurs.

Parmi la soixantaine de pays représentés, les organisateurs ont choisi de rendre hommage à l’animation française pour cette 40e édition. C'est d'ailleurs La Tortue rouge, du Néerlandais Michael Dudok de Wit primée en mai à Cannes, qui a ouvert hier soir le festival. Produit par Wild Bunch et Ghibli, le film d'animation a été principalement réalisé à Paris et à Angoulême, aux studio Prima Linea, par une équipe de plusieurs animateurs français et européens indépendants. 

Reportage Ariane Combes-Savary, Yves-Marie Glo et Sophie Villatte
Intervenants: Bruno Coulais, compositeur et membre du jury long métrage ; Marcel Jean, directeur artistique du festival d'animation d'Annecy

Entre conte philosophique et récit d'aventure

La Tortue rouge est un film aux contours réalistes qui narre les grandes étapes de la vie d'un naufragé, échoué sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, d'oiseaux et de crabes. Le scénario de ce premier long métrage a germé dans l'esprit de Michael Dudik de Wit, 63 ans, après la réception en 2006 d'un courriel du célèbre studio japonais Ghibli lui proposant une collaboration.

"Cela a été l'une des plus grandes surprises de ma vie, un choc. J'ai aussitôt commencé à écrire le synopsis d'une histoire et c'est ainsi que le projet a démarré", raconte le cinéaste, qui s'est ensuite isolé aux Seychelles pour préparer le film. "La nature, ses paysages et ses animaux, ses lumières et ses ombres, ses ambiances uniques et notre relation émotionnelle à sa beauté, voici ce qui m'a inspiré", explique le Néerlandais, qui se dit passionné par "certaines bandes dessinées d'Hergé, de Moebius et les dessins de Sempé". 

La graphie de La Tortue Rouge, certes minimaliste mais fouillée, sensible et puissante à l'écran, a été façonnée sur la base de dessins sur papier au fusain, puis au crayon numérique, donnant à l'image une texture granuleuse. Le long-métrage "a constitué un défi pour les animateurs en raison de son animation singulière. Chacun d'entre eux a adapté ses talents à son style visuel, mais a aussi gardé son style personnel, dans son acting et son timing", précise le réalisateur.

Michael Dudok de Wit s'est révélé au monde de l'animation avec le court-métrage Le Moine et le poisson. Réalisé avec le studio drômois Folimage, il a été nommé aux Oscars et récompensé aux Césars en 1996. Le cinéaste a ensuite confirmé avec Father and Daughter, un autre court-métrage qui a été couronné en 2001 par un Oscar et a reçu à Annecy le grand prix et le prix du public.

Pour Michael Dudok de Wit présenter son film à l'ouverture du festival d'Annecy, était "un moment très important, très beau." Récompensé à Cannes en mai du Prix spécial du jury de la sélection Un Certain Regard, La Tortue rouge sortira dans les salles le 29 juin prochain.