Municipales à Annecy : Jean-Luc Rigaut demande l'annulation du second tour, le tribunal met sa décision en délibéré

L'ancien maire d'Annecy Jean-Luc Rigaut défendait son recours en annulation du second tour des élections municipales ce jeudi devant le tribunal administratif de Grenoble. Le rapporteur public a demandé le rejet de sa requête. La décision a été mise en délibéré.

L'ancien maire d'Annecy Jean-Luc Rigaut devant le tribunal administratif de Grenoble à l'issue de l'audience lors de laquelle il a demandé l'annulation du second tour des élections municipales à Annecy.
L'ancien maire d'Annecy Jean-Luc Rigaut devant le tribunal administratif de Grenoble à l'issue de l'audience lors de laquelle il a demandé l'annulation du second tour des élections municipales à Annecy. © Marion Feutry / France 3 Alpes

Le scrutin s'était joué à 27 voix près. Jean-Luc Rigaut, ex-maire (UDI) d'Annecy, a introduit un recours en annulation du second tour des élections municipales, pointant entre autres un taux d'abstention "inédit". Il estime également qu'un nombre conséquent de procurations en sa faveur n'ont pas été enregistrées à temps. L'audience s'est déroulée jeudi 28 janvier devant le tribunal administratif de Grenoble qui a mis sa décision en délibéré.

L'écologiste François Astorg a été élu maire d'Annecy en juin dernier, succédant à Jean-Luc Rigaut à l'issue d'une élection marquée par la pandémie de Covid-19. En tête au premier tour, la liste du maire sortant a été battue au second après la fusion des listes menées par François Astorg et Frédérique Lardet (LREM), devenue présidente du Grand Annecy.

Dans son recours en annulation, Jean-Luc Rigaut pointe le très faible écart entre les deux listes dans les résultats du second tour. "La valeur démocratique et la légitimité du scrutin tiennent notamment à ce que les écarts de voix soient suffisants pour qu'ensuite la majorité, quelle qu'elle soit, puisse travailler en représentant les électeurs", a-t-il estimé, disant avoir "confiance dans le jugement qui sera rendu par ce tribunal".

 

Irrégularités ?

Pourtant, lors de l'audience, le rapporteur public a demandé le rejet de sa requête, estimant qu'aucun des griefs avancés par le maire sortant n'est "de nature à altérer la sincérité du scrutin""Le rapporteur a eu une analyse mathématique alors que nous avons une analyse démocratique, réagit l'avocat de Jean-Luc Rigaut, Me Jean-Claude Fabbian. Il y a eu un cumul de diverses irrégularités au niveau du scrutin lui-même qui, cumulées aux irrégularités de la campagne, font qu'on obtient un très faible écart de voix (...) 27 voix sur 80 000 personnes inscrites, on est normalement sur ce qui devrait entraîner la nullité."

François Astorg s'est lui aussi dit "serein" quant à la décision du tribunal administratif. "Ce n'est pas parce que le résultat est court qu'il n'est pas sincère (...) Nous avons un résultat court mais pas d'irrégularité commise", a souligné son avocat. Le jugement devrait être connu d'ici une quinzaine de jours.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections justice société