Trop de drogue, trop de dealers dans le parc, les collégiens privés de course d'orientation à Meythet (Haute-Savoie)

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yann Gonon

Le collège Jacques Prévert de Meythet, près d'Annecy en Haute-Savoie, a décidé d'interdire la course d'orientation pour ses élèves. En cause : le trafic d'héroïne de plus en plus implanté dans l'un des parcs de la commune.

Les élèves du collège Jacques Prévert, à Meythet, en Haute-Savoie, ne feront plus de course d'orientation dans le parc des Îles situé tout près. La direction de l'établissement a pris cette décision pour éviter que les collégiens ne croisent les trafiquants de drogue de plus en plus présents à cet endroit.

C'est sur la messagerie Pronote que les élèves et leurs parents ont découvert la décision ce vendredi 5 octobre 2018. L'activité course d'orientation a été suspendue. Les 4 séances qui devaient se dérouler d'ici la fin de l'année sont annulées. La décision concerne 7 classes de 5e, soit 178 élèves.

"A partir du moment où les collègues d'EPS voient de plus en plus d'individus louches dans le bois, on a estimé que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies" explique François Giraud, principal du collège Jacques Prévert. Et d'insister : "en pleine course d'orientation, ils peuvent se retrouver seuls dans le bois et tomber face à ces gens".

Sans les citer vraiment, le principal fait évidemment référence aux dealers qui ont pris leurs quartiers dans le parc des Îles. "Cela s'est accéléré depuis une année" confirme Christiane Laydevant, maire déléguée de Meythet. "Avec le trafic d'héroïne, on pourrait trouver des déchets dangereux comme des seringues ou des compresses, le principal a eu raison de suspendre les courses d'orientation".

Sur Annecy et sa région, le trafic d'héroïne est le fait de réseaux venus d'Albanie. Plusieurs arrestations ont eu lieu ces dernières années mais sans mettre fin au trafic.

La maire de Meythet se dit préoccupée par le phénomène. Elle indique avoir demandé au maire d'Annecy de saisir le préfet de Haute-Savoie : "il faut des actions musclées pour ne pas les laisser s'implanter".