• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Site de l'ancien hôpital d'Annecy: le projet d'aménagement désormais validé

© Christian de Portzamparc
© Christian de Portzamparc

Le Conseil d'Etat a débouté Annecy Patrimoine et Lac d'Annecy Environnement qui s'opposaient au projet immobilier des Trésums. Elles demandaient l'annulation des permis de déconstruire et de construire sur le site de l'ancien hôpital. Une victoire pour le maire qui a l'air de savourer! 

Par Franck Grassaud

"Ce temps perdu ne se rattrapera pas, comme le 'bon goût' architectural ne se décrète pas!", la réflexion est cinglante, elle est signée Jean-Luc Rigaut. Ce vendredi 28 novembre, le Conseil d'Etat lui a donné raison dans une affaire qui dure au moins depuis 2007. Sur le site de l'ancien hôpital d'Annecy, Jean-Luc Rigaut avait alors un projet immobilier dont la droite ne voulait pas. L'année suivante, le maire revoyait sa position et faisait appel à un architecte renommé, Christian de Portzamparc. Cheval de bataille des défenseurs du patrimoine, les murs des anciens hospices étaient finalement préservés. La bataille recommençait malgré tout avec plusieurs recours d'associations et même d'un habitant. 

Les explications en images avec Marion Feutry
Desk Tremsum annulation recours aménagement site h

En 2012, un promoteur lié au Crédit Agricole immobilier achetait l'emplacement pour 35 millions d'euros. Le projet semblait enfin sur les rails mais, d'attaque en attaque, les permis de déconstruire et de construire ont atterri au Conseil d'Etat, après être passés par le Tribunal Administratif, Cour d'Appel Administrative...

Par l'arrêt de rejet aujourd'hui prononcé, l'affaire semble cette fois entendue. La fin d'un parcours du combattant pour Jean-Luc Rigaut qui profite de cette victoire pour égratigner ceux qui se sont "acharnés" contre son projet: "Si les outils de la démocratie sont infiniment respectables, encore faut-il qu'ils ne soient pas détournés à des fins politiques, polémiques ou dogmatiques, il n'en reste pas moins que cet espace considéré comme l'un des plus beaux sites, de surcroît en entrée de Ville, a été laissé en friche pendant 5 ans."

La construction de 632 logements, dont 152 locatifs sociaux, est désormais validée tout comme la structure de 109 chambres pour personnes âgées dépendantes, l'hôtel de 110 chambres et le grand parc public face au lac. 

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus