• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Gens du voyage : installations illicites, dégradations, le ras-le-bol des maires de l'agglomération d'Annemasse

Photo d'illustration / © France 3 Alpes.
Photo d'illustration / © France 3 Alpes.

12 maires de l'agglomération d'Annemasse, en Haute-Savoie, publient ce mercredi 22 août 2018, un communiqué de presse contre les "installations illicites" de gens du voyage sur leurs communes. Ils dénoncent les "occupations illégales" de terrains et les "dégradations".

Par Yann Gonon

Dans un communiqué de presse commun, les maires de l'agglomération d'Annemasse, en Haute-Savoie, expriment leur ras-le-bol ce mercredi 22 août 2018 contre les "installations illicites" de gens du voyage. Des installations qui coûtent de l'argent "au contribuable" selon eux.

Le phénomène "se produit de manière récurrente à chaque saison estivale" et les élus ont décidé de tirer la sonnette d'alarme ce mercredi. Selon eux, "alors que des aires spécifiquement aménagées et financées par les pouvoirs publics existent et sont régulièrement utilisées par la majorité des gens du voyage, certains groupes bien identifiés refusent délibérément de s’y installer et occupent de manière illégale des terrains, publics ou privés".

Or, toujours d'après les élus, ces installations, parfois "de force", engendrent "de nombreuses dégradations" qui coûteraient "des dizaines de milliers d’euros aux communes et à l’agglomération, et donc au contribuable, pour réparer, remettre en état et nettoyer les terrains, sans compter l’ensemble des nuisances engendrées".

Au delà du constat, les 12 maires réclament la fin de ces "occupations illicites". Même s'ils verbalisent rapidement les contrevenants, ils estiment ne pas disposer "des moyens juridiques nécessaires pour trouver des solutions pérennes".

Chassés d'une commune, les gens du voyage s'installent souvent quelques kilomètres plus loin seulement. Les élus demandent "aux parlementaires de passer outre les clivages politiciens pour aboutir rapidement à un texte commun et réaliste qui permettra aux élus locaux de faire face efficacement et légalement à ces occupations illicites".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Toujours sans nouvelles de Lorraine, disparue dans le Rhône

Les + Lus