Douceur exceptionnelle, absence d'épisodes de grand froid... À Chamonix, le début d'hiver bat des records

L'hiver est très doux dans les Alpes. À Chamonix particulièrement, où la température moyenne enregistrée depuis le début de la saison est la plus élevée jamais recensée. Au pied du mont Blanc, le mercure n'est d'ailleurs jamais descendu sous les - 10 degrés, là aussi une première. 
© MaxPPP
Il y a des records dont on se passerait bien, et ceux de douceur en hiver en font partie. À Chamonix, il n'a jamais fait aussi chaud en ce début d'hiver. Une douceur exceptionnelle à laquelle s'ajoute une absence de journées de très grand froid.

"Il s'agit bien du début d'hiver le plus doux [dans la commune] depuis le début des relevés en 1881", explique le météorologue François Jobard, précisant qu'il y a beaucoup de trous dans les données jusqu'aux années 1930.

Sur un graphique généré par un logiciel de Météo France, il montre qu'il a fait en moyenne environ deux degrés à Chamonix entre le 1er novembre 2019 et le 31 janvier 2020. Un record de douceur qui bat de peu le précédent enregistré, qui remontait au début d'hiver 2015/2016.

 
Températures moyennes entre début novembre et fin janvier à Chamonix
Températures moyennes entre début novembre et fin janvier à Chamonix © Météo France

Un constat qui est également valable si l'on ne s'intéresse qu'aux mois de décembre et janvier (en excluant novembre), comme le montre un autre graphique que François Jobard a publié sur son compte Twitter.

Sur ces graphiques, on voit bien le réchauffement climatique en marche au pied du mont Blanc, avec une tendance à de plus en plus de douceur en hiver, notamment à partir des annés 1960/1970. 

Au delà de la simple douceur hivernale, le météorologue ajoute que les températures n'ont jamais été aussi douces sur la période allant de début juin à fin janvier. Cette période de huit mois (juin 2019 - janvier 2020) a été la plus chaude jamais enregistrée à Chamonix.
   
Des températures douces qu'on observe dans de nombreuses autres communes, sans pour autant battre des records. À Grenoble et à Annecy par exemple, on a connu un début d'hiver encore plus doux il y a quatre ans. La saison 2015/2016 est encore en tête en terme de douceurs dans de nombreuses villes, et correspond à l'hiver le plus doux qu'ait connu la France depuis 1900.

 

L'absence de grand froid


Au delà de cette douceur, que l'on mesure en faisant une moyenne des tempértures enregistrées, François Jobard pointe également l'absence d'épisodes de très grand froid depuis le début de la saison. En effet, pour la première fois depuis que les relevés existent à Chamonix, le mercure n'est jamais descendu sous les - 10 degrés sur la période allant du 1er octobre au 31 janvier.

"À Chamonix, on a eu au plus froid de l'hiver seulement -8,3°C", relève-t-il.

 

Le précédent "record bas" remontait au début de l'hiver 1995/1996, où seules quatre journées de "très grand froid" avaient été recencées. À l'inverse, entre octobre 1962 et janvier 1963, 42 journées de très grand froid ont été enregistrées. 

Comme le montre le météorologue dans un autre tweet, sur la période 1981 - 2020, il y a eu en moyenne 19 journées de très grand froid (moins de -10 degrés) sur la première partie de l'hiver (novembre-décembre-janvier). Or, depuis 2011, aucun début d'hiver ne se situe au dessus de cette moyenne. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo climat environnement