Coronavirus. Confinement : un jeune homme sort sans attestation... pour un rendez-vous amoureux

Les gendarmes ont verbalisé un jeune homme ayant bravé le confinement pour un rendez-vous amoureux. Photo d'illustration. / © Alexandre MARCHI / MAXPPP
Les gendarmes ont verbalisé un jeune homme ayant bravé le confinement pour un rendez-vous amoureux. Photo d'illustration. / © Alexandre MARCHI / MAXPPP

Malgré le confinement imposé pour lutter contre la pandémie de coronavirus Covid-19, un jeune homme est sorti de son domicile sans attestation pour se rendre à un rendez-vous amoureux. Il a été verbalisé par les gendarmes à Saint-Cergues, en Haute-Savoie.

Par Margot Desmas

C'est un motif qui ne figure pas sur l'attestation de déplacement dérogatoire. Et pourtant, un jeune homme de 23 ans a bravé le confinement, vendredi 20 mars, pour se rendre à un rendez-vous amoureux sur la commune de Saint-Cergues (Haute-Savoie).

Contrôlé par les gendarmes, le contrevenant n'avait pas rempli d'attestation et a reconnu les faits qui lui sont reprochés, passibles d'une amende de 135 euros dans le cadre des mesures de confinement pour enrayer la propagation du coronavirus. Le motif rapporté par les forces de l'ordre sur le procès verbal : "rendez-vous amoureux sur la voie publique".
 

 

"Saloperie de virus"


Une petite histoire qui n'a pas manqué de faire sourire le maire de la commune, Gabriel Doublet. "Les forces de l'ordre ont bien entendu raison de l'avoir verbalisé. Mais on mesure à ce motif si joli et si bon enfant à quel point cette saloperie de virus nous éloigne les uns des autres, à quel point il est un défi à l'amour et à l'amitié aussi", écrit-il sur sa page Facebook, relayant le PV en question dont la véracité a été confirmée par la gendarmerie de Reignier.
 

L'édile insiste néanmoins : "il faut que chacun joue le jeu et soit dans le respect absolu des directives du confinement". Selon le commandant de la brigade de Reignier Julien Ravoire, "certaines personnes trouvent tous les motifs pour sortir, mais il faut respecter les règles".

Dans le département voisin de la Savoie, un homme de 26 ans a été placé en détention provisoire ce mardi pour mise en danger de la vie d'autrui après cinq verbalisations. Initialement prévu pour une durée de deux semaines, le confinement a été prolongé au moins jusqu'au 15 avril pour enrayer la pandémie de coronavirus Covid-19.

 

Sur le même sujet

Les + Lus