Haute-Savoie : le beurre de ferme profite de la crise !

Le prix du beurre -classique- s'envole dans les supermarchés. Et le beurre de petit lait, fabriqué dans certaines fermes haut-savoyardes, profite de la crise. Exemple à Manigod.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
La recette est on ne peut plus traditionnelle, et le moulage une histoire de femmes, depuis 3 générations chez les Veyrat, à Manigod.

En Haute-Savoie, on fabrique avant tout du reblochon... et c'est avec lui qu'elles font leur beurre! La clientèle des Veyrat, très fidèle, paye 2,50 euros ses 250 grammes de beurre. Autant dire que ce produit de haute qualité, coûte moins cher ici que dans les supermarchés.

Samuel, le boulanger, paye même le kilo de beurre industriel 59 centimes de plus que celui de Françoise Veyrat. Alors, lui aussi aurait bien aimé proposer un croissant exceptionnel avec le beurre du village. Mais la production de Françoise n'est pas suffisante, hélas !

Un kilo de beurre environ est vendu quotidiennement dans la boulangerie du village. Il part comme des petits pains, mais ne peut bien sûr suffire à faire vivre la fermière. A Manigod, le circuit est très court. Un record, sans doute. De l'agriculteur au consommateur, il n'y a que deux kilomètres !

Comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, la consommation de graisses de bonnes qualités serait, paraît il, d'après certaines études, excellente pour la santé et contribuerait à la réduction du risque de diabète.

Qui l'eut cru?

Intervenants : Françoise Veyrat Agricultrice, productrice "Le Nant Bruyant", Samuel Mortier Boulanger Equipe : Ingrid Pernet, Maxime Quémener, Sophie Villatte