Haute-Savoie : la "Cocotte" et la "Bagnole", deux solutions de mobilité douce pour briller à l’international

Weshift est une association de quatre industriels (Groupe Savoy, M2O Group, Alpes usinage et Pracartis) de la vallée d’Arve, en Haute-Savoie. Ils ont décidé de rassembler leur savoir-faire pour devenir un acteur de la mobilité douce, à travers un vélo et une voiture électriques. Un projet qu’ils présentent au salon de la VivaTech, grand rendez-vous international à Paris.

"On pense qu’en tant qu’industriel, on a une mission à jouer dans les mobilités douces", exprime Arthur Allamand, directeur marketing du groupe Savoy, actuellement présent au salon de la VivaTech pour présenter deux produits haut-savoyards. "On a tous développé des expertises pendant plusieurs dizaines d'années dans l'aéronautique, et dans l'industrie automobile. On peut se servir de tout ce savoir-faire accumulé pour créer de nouvelles solutions dans la mobilité douce."

L’idée est également partie d’un constat sur la mobilité dans la vallée de l’Arve. "Il y a un réseau de transports en commun qui est en train de se mettre en place. Mais les offres de mobilité qui sont souvent proposées sur le marché correspondent plus à un usage très urbain pour des grandes villes et assez peu pour des zones denses, périurbaines comme la vallée de l'Arve."

Un vélo sans chaîne

Ce travail de regroupement de compétences permet aujourd’hui de présenter un vélo électrique, appelé "Cocotte" avec une boîte de vitesse automatique. Le vélo est également "dépourvu de chaîne et de courroie". Il se caractérise également par une transmission par un cardan. 

"On a aussi un phare qui a un spectre lumineux six fois plus large que celui qu'on trouve sur le marché actuellement." Ainsi ce vélo répond mieux à un besoin des habitants en zone rurale. "Quand on se retrouve sur une nationale ou sur une départementale, on a besoin de voir très bien et donc on a utilisé les technologies qu'on a développées dans l'automobile pour les appliquer au vélo."

Une voiture plus légère

Le deuxième projet sur lequel travaille le consortium, c’est "La Bagnole", une voiture électrique, sans permis. "On est parti du concept que les voitures électriques présentent aujourd'hui sur le marché font toutes deux tonnes, sont toutes bardées de gadgets, et que ce n’est pas comme ça qu'on arrivera à faire face aux défis climatiques. À un moment, il faut revenir à plus de sobriété et à plus de bon sens."

C’est ainsi que les quatre industriels sont arrivés à mettre au point une voiture épurée, ne pesant que 300 kilos. Pour faire parler de leurs deux produits, le consortium a décidé de monter sur Paris, au plus grand salon regroupant toutes les innovations françaises et européennes, le VivaTech. "Une caisse de résonance" comme le dit Arthur Allamand pour faire connaître le savoir-faire haut-savoyard.