Il dit vouloir "mourir en martyr" et commettre un attentat lors des JO de Paris : un adolescent originaire de Haute-Savoie mis en examen

Un adolescent de 16 ans, originaire de Marignier en Haute-Savoie, a été mis en examen ce vendredi 26 avril, a indiqué le Parquet national antiterroriste. Sur les réseaux sociaux, il avait indiqué vouloir fabriquer une ceinture explosive en vue de mourir en martyr lors des Jeux olympiques de Paris.

Un adolescent, qui disait sur les réseaux sociaux vouloir "fabriquer une ceinture explosive" pour "mourir en martyr", a été mis en examen, ce vendredi 26 avril. Il a été placé sous contrôle judiciaire, a indiqué le Parquet national antiterroriste (Pnat) dans un communiqué.

Le jeune, âgé de 16 ans et originaire de Marignier en Haute-Savoie, a été mis en examen du chef de participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle. Le jeune homme avait été interpellé mardi "à la suite de ses déclarations sur les réseaux sociaux annonçant sa volonté de fabriquer une ceinture explosive en vue de mourir en martyr".

L'enquête, confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a permis "de confirmer que le mineur, qui consultait de la propagande jihadiste, avait évoqué sur les réseaux sociaux sa volonté de commettre une action violente", a poursuivi le parquet national antiterroriste. Les investigations se poursuivent pour déterminer "si le jeune homme avait effectivement concrétisé ses projets par des démarches préparatoires, ce qui n'est pas établi à ce stade".

Un projet d'attentat à La Défense ?

Mercredi, une source policière avait affirmé à l'AFP que l'adolescent avait reconnu avoir eu pour projet de commettre une "action terroriste suicidaire" dans le quartier d'affaires de La Défense, à l'ouest de la capitale, pendant les Jeux olympiques de Paris, qui se dérouleront cet été du 26 juillet au 11 août.

Parler d'un tel projet semble "abusif", a nuancé vendredi auprès de l'AFP une source proche de l'enquête. "Ce lieu et cette période sont certes évoqués, mais de manière plus diffuse", a-t-elle insisté.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité