Les éleveurs de Haute-Savoie s'alarment "du ralentissement de l'abattage des bouquetins du Bargy"

Les éleveurs sont perplexes. L'opération de grande ampleur annoncée pour éradiquer les bouquetins du massif du Bargy, porteurs supposés de la brucellose, leur semble au point mort. Ils soupçonnent le ministère de l'Environnement de freiner l'abattage "sous la pression des écologistes".

Reportage. C'était en octobre dernier. En 2 jours, 70 bouquetins étaient abattus dans le massif du Bargy. La première étape d'une vaste opération d'abattage pour éradiquer la brucellose, selon la préfecture qui redoute cette maladie transmissible aux troupeaux domestiques. Depuis, les tirs n'ont pas repris. L'opération est au point mort, au grand dam des agriculteurs, passés en deux mois du soulagement à l'inquiétude. 

Le scénario défini par l'Etat était pourtant, a priori, clair: 230 bouquetins à abattre, et un noyau sain de 75 bêtes à préserver. Une solution contestée par les défenseurs du bouquetin, Nicolas Hulot et Brigitte Bardot en tête.

Selon les éleveurs, "la pression des associations écologistes semble avoir porté ses fruits". Ils craignent "de devoir se remettre autour de la table, alors que 40% des bouquetins du massif du Bargy sont toujours infectés par la brucellose".

Reportage de Marion Feutry & Christian Mathieu
Intervenants : Bernard Mogenet, Président FDSEA des Savoie; Jean-Pierre Crouzat, Administrateur de la Frapna 74