Tentative d'extorsion contre la banque HSBC: les prévenus condamnés à du sursis par le tribunal correctionnel de Bonneville

La Banque Suisse HSBC / © FABRICE COFFRINI / AFP
La Banque Suisse HSBC / © FABRICE COFFRINI / AFP

Deux haut-savoyards de 50 et 58 ans ont été condamnés, ce jeudi 17 mars, à des peines de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bonneville (Haute-Savoie) pour avoir tenter de faire chanter une succursale suisse de la banque HSBC, en 2012.

Par AFP

Bruno M., 58 ans, ancien responsable informatique chez HSBC, a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende. Son comparse Hakim K., 50 ans, a été condamné à un an de prison avec sursis avec mise à l'épreuve. Ils devront aussi verser 1 euro de dommage et intérêt à HSBC.

Arrestation rocambolesque 

Les deux hommes avaient été arrêtés dans la nuit du 8 au 9 juin 2012 près de Bonneville par le GIGN, au cours d'une opération ayant réuni plus d'une centaine de gendarmes et policiers des deux côtés de la frontière franco-suisse. Réclamant plusieurs millions d'euros à la banque, faute de quoi ils menaçaient de dévoiler des documents confidentiels, les deux hommes avaient été arrêtés au moment de la remise de l'argent. 

L'un des protagonistes, qui devait traverser la rivière Arve pour semer ses éventuels poursuivants, avait été arrêté en tenue de plongée. Les deux hommes avaient un casier judiciaire vierge et étaient inconnus des services de police. Ils réclamaient 5 millions d'euros, soit 4 millions pour eux et 1 million pour des associations caritatives genevoises.

De la prison ferme requise

Lors de l'audience de ce jeudi, le procureur a requis 36 mois de prison, dont quatre ferme, pour Bruno M. et 18 mois de prison, dont quatre ferme, pour son complice, selon un avocat. Me Philippe Vouland, avocat de Bruno M., a qualifié les prévenus de "pieds nickelés" lancés "dans une spirale de malfaiteurs". "L'affaire s'est dégonflée. On s'est aperçu à l'audience qu'on avait affaire à des mecs qui ne sont pas dangereux", a fait valoir l'avocat.

Son client, licencié par HSBC, "était dans la rumination" au moment des faits, a-t-il expliqué. "Son licenciement est allé au-delà de la blessure narcissique. Il est tombé dans un véritable gouffre, a vécu un effondrement qu'il n'a pas su surmonter."

L'ancien cadre a dit à la barre avoir été en possession de données confidentielles de clients de la banque mais les avoir détruites. "Ils ont tout reconnu", a assuré Me Vouland, selon qui il n'y a "aucun risque de récidive".

Sur le même sujet

Football féminin : Jean-Michel Aulas souhaite investir aux USA et en Chine

Les + Lus