Cet article date de plus de 5 ans

Mort d'une fillette à Margencel: la piste criminelle privilégiée

Léa, une fillette de 3 ans, a été retrouvée morte, ce lundi 23 mai, au domicile de son père, à Margencel. Depuis, cet homme de 37 ans est activement recherché en Haute-Savoie et aux abords de la Suisse voisine. Selon le Parquet d'Annecy, l'accident domestique semble exclu.
C'est dans un appartement de ce petit immeuble que le corps de Léa a été découvert
C'est dans un appartement de ce petit immeuble que le corps de Léa a été découvert © Céline Aubert
D'après les premières observations, la fillette serait morte étouffée, mais le petit corps ne portait pas de traces de strangulation ou de traumatisme. Léa aurait pu être empoisonnée ou étouffée avec un oreiller. Des examens plus approfondis doivent permettre d'en savoir plus.

En attendant, une quarantaine de gendarmes sont mobilisée pour retrouver le père, désormais soupçonné d'infanticide. Un hélicoptère a sillonné le ciel toute la journée ce mardi. L'homme est recherché en Haute-Savoie jusqu'à la frontière Suisse. Un appel à témoins a été lancé. La voiture qu'il conduit est une Renault Megane de couleur grise.

Reportage Damien Borrelly et Christian Mathieu
durée de la vidéo: 01 min 10
Le mystérieux décès de Léa à Margencel (Haute-Savoie)

Le corps de l'enfant découvert par son oncle

La petite fille était âgée de 3 ans. C'est l'oncle qui a découvert le corps lundi vers midi, au domicile du père, mais la date du décès est incertaine. Cet oncle habite dans un hameau voisin, il aurait été alerté par la mère qui s'inquiétait de ne pas avoir de nouvelles de l'enfant.

En garde alternée, le père aurait dû ramener la fillette à sa mère après le week-end. Elle n'était pas non plus reparue à l'école maternelle.  

Le couple, marié depuis quatre ans, était séparé. Le mari était connu pour des faits de violence. Il avait été déféré début mai, et était sous contrôle judiciaire avant un jugement pour harcèlement. 

Le maire de Margencel, un proche de la mère, envisage de demander une cellule psychologique à l'école de la fillette. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société