Un réseau de faux monnayeurs démantelé en Lorraine. Il passait par la Haute-Savoie

Six faussaires présumés, soupçonnés d'avoir écoulé plusieurs centaines de milliers d'euros en faux billets, ont été mis en examen à Nancy pour détention, transport et mise en circulation de fausse monnaie. Deux d'entre eux ont été interpellés à Veigy-Foncenex, en Haute-Savoie. 

Un réseau de faux monnayeurs a été mis au jour par le SRPJ de Nancy, en Lorraine. Les suspects sont des Tziganes, en partie sédentarisés dans les Bouches-du-Rhône et deux autres ont été arrêtés en Haute-Savoie. Ils sont soupçonnés d'avoir écoulé plusieurs centaines de milliers d'euros de faux billets, essentiellement des coupures de 100 euros. Les faux billets de 100 euros étaient vendus 20 euros par les grossistes à celui qui les écoulait.

L'affaire avait commencé à l'automne 2013, lorsque environ 150 billets de 100 euros avaient été écoulés dans des commerces de Meurthe-et-Moselle, et qui avait conduit le parquet de Briey à ouvrir une information judiciaire le 31 octobre. L'enquête, menée par le service régional de police judiciaire (SRPJ) de Nancy et l'Office central de répression du faux monnayage, a permis l'arrestation le 12 novembre à Paris, d'un suspect à la gare de Lyon, qui revenait de Marseille avec deux cents faux billets de 100 euros. Ce dernier avait notamment pu être identifié grâce aux recoupements des témoignages des commerçants lésés.

Le couple arrêté en Savoie faisait probablement l'intermédiaire avec d'autres tziganes

"En travaillant sur son environnement, avec des surveillances techniques et physiques, nous avons pu procéder à de nouvelles arrestations simultanées le 15 avril", a expliqué ce mardi le directeur du SRPJ de Nancy, Alain Couic. Deux frères, âgés de 38 et 42 ans, ainsi que de leur mère, 62 ans, ont été interpellés à Saint-Victoret (Bouches-du-Rhône), dans une propriété où ils se sont sédentarisés. Une seconde arrestation s'est déroulée sur une aire communale de Veigy-Foncenex (Haute-Savoie), où ont été arrêtés une femme de 54 ans et un homme de 49 ans. Deux faux billets de 100 euros ont été découverts dans le matelas de ce dernier.

"Ils ont entre eux des liens familiaux qui ne sont pas encore parfaitement établis. Tous sont connus des services de justice", a expliqué le chef de la division économique et financière du SRPJ de Nancy.

Selon les enquêteurs, les deux frères étaient les "grossistes", alors que l'homme et la femme arrêtés dans les Alpes faisaient l'intermédiaire avec d'autres Tziganes. L'homme arrêté en novembre à la gare de Lyon était pour sa part chargé d'écouler les faux billets.

"C'est un type de contrefaçon connu, qui vient d'Italie, et qui est de bonne facture avec une impression offset. Ce genre de billets peut échapper à une machine de reconnaissance de faux billets de mauvaise qualité, et le toucher papier était relativement correct", a estimé le chef de la division économique et financière du SRPJ de Nancy, Hervé Bartolozzi.

Tous les suspects ont été placés en détention provisoire, à l'exception de la mère de 62 ans, placée sous contrôle judiciaire. Les faux-monneyeurs présumés encourent 10 ans d'emprisonnement.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité