VIDEO. "C'est assez magique" : des parachutistes battent un record d'Europe dans le ciel de la Haute-Savoie

Ils ont fait le grand saut. Des Haut-Savoyards ont battu le record d'Europe de largage de parachutistes en hélicoptère, à 23 000 pieds. Ils racontent cette expérience hors normes.
C'était le 4 septembre dernier, à 7 000 mètres d'altitude, au-dessus de Viuz-en-Sallaz, petite commune de Haute-Savoie"J'ai déjà des frissons... C'est pas parce qu'il fait chaud, mais j'ai déjà des frissons", décrivait un membre de l'équipe juste avant l'embarquement. Deux pilotes, cinq parachutistes et un record : c'est la performance accomplie par un groupe de Haut-Savoyards. Ils ont sauté en parachute à 23 000 pieds depuis un hélicoptère, une première en Europe.

"C'est des mois de préparation, de travail et le moment où on saute, c'est vraiment la joie. Les portes s'ouvrent et c'est notre terrain de jeu", se souvient Fabien Duperrier, déjà recordman de vol relatif - chute libre à plusieurs. "Quand on saute à 4 000 mètres, on chute environ à 200 km/h et là on est deux fois plus haut, on chute à 80 km/h de plus. Vitesse à plat : 280 km/h." La chute libre a duré environ 1 minute 25, au lieu de 50 secondes d'habitude. Et à cette altitude, le masque à oxygène est de rigueur pour ne pas risquer l'hypoxie - manque d'oxygène dans l'organisme.
 
LA YAUTE SKYDIVE RECORD EUROPE DE PARACHUTISME HAUTE ALTITUDE EN HELICOPTERE

 

"On voit la rotondité de la Terre"


Une expérience exceptionnelle aussi pour le pilote de l'hélicoptère qui touche alors aux limites de l'appareil. "On sent qu'on a du flottement, qu'on a plus de liberté dans les commandes, c'est vraiment très particulier. A cette altitude, on est pas mal la tête dans les instruments parce qu'on n'a plus de repères extérieurs", explique Alexis Rodriguez, 35 ans, le pilote qui a procédé à ce largage hors normes.

"On a l'habitude d'être vraiment plus bas que ça, donc on a une grosse perte de référentiel visuel, poursuit-il. C'est à ce moment-là où on voit la rotondité de la Terre, c'est assez magique. On voyait Lyon, on voyait Mâcon, on voyait vraiment très loin." Et cette manœuvre n'a pas eu lieu à Viuz-en-Sallaz par hasard. "Ca me tenait à coeur de faire ça au-dessus de mon village natal", reprend Fabien Duperrier qui a mis l'opération sur pieds.

"Bilan de l'expérience : à refaire. C'est des sensations que j'ai envie de faire vivre à des clients tandem. On aimerait partager ça partout en France", souhaite le parachutiste qui, quelques jours après sa performance, a encore du mal à redescendre de là-haut.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parachutisme sport