VIDEO. Festival de Cannes 2024 : "Sauvages", le nouveau film d'animation du réalisateur Claude Barras, présenté en séances spéciales

durée de la vidéo : 00h02mn24s
Portrait de Claude Barras, réalisateur du film "Sauvages" ©Benjamin Métral - France Télévisions

Rencontre avec le réalisateur Claude Barras. Révélé par "Ma vie de Courgette" en 2016, il sort cette année un nouveau long-métrage d'animation. "Sauvages", une fable écologique se déroulant à Bornéo, a nécessité sept ans de travail. Une œuvre titanesque qui va être présentée au festival de Cannes lors des séances "jeune public".

Il avait ébloui la critique et le public avec Ma vie de Courgette il y a huit ans. Le réalisateur suisse Claude Barras, primé aux César pour son long-métrage sur une bande d'orphelins, sort un nouveau film d'animation intitulé Sauvages.

Une fable écologique, qui a commencé "par des petits dessins d'Oshi, un des personnages principaux, le petit singe", explique le metteur en scène. "C'était un peu mon envie de travailler autour des orangs-outangs. Et après beaucoup de recherches documentaires."

"On a un devoir quand on raconte des histoires"

Tout se passe dans la forêt tropicale, sur l'île de Bornéo, partagée entre trois pays. Le Brunei, la Malaisie et l'Indonésie. Là-bas, c'est tout l'environnement qui est menacé : la biodiversité et les hommes. "On a un devoir quand on raconte des histoires, de quand même raconter des histoires qui nous mènent vers quelque chose de constructif", explique le lauréat du César du meilleur film d'animation (2017).

Alors, le réalisateur guide les spectateurs sur les traces de Kéria, cette petite fille qui part à la rencontre de ses origines. Un récit écologique inspiré par le combat d'un activiste suisse : Bruno Manser, qui a vécu avec les Penan, une communauté de chasseurs-cueilleurs, installée depuis des siècles sur l'île de Bornéo.

"Il s'est mis en tête de défendre les gens qui y habitaient, d'être un peu leur syndicaliste, comme il disait. C'est vrai que l'on peut trouver ça très idéaliste, sourit Claude Barras. Mais finalement, là où l'on se trouve maintenant, on peut voir que l'argent détruit le monde et qu'il faut bien trouver une autre façon de vivre et d'avoir un rapport aux autres formes de vie pour continuer à nous-mêmes vivre sans trop de souffrances."

Rencontre avec des familles Penan

À l'été 2023, plusieurs familles Penan se sont rendues dans les studios d'animation pour assister au tournage. Elles y ont raconté leur déracinement. "Aujourd'hui, le problème continue. On n'a plus de foret, on n'a plus de nourriture, expliquait l'un d'entre eux à la RTS. Nos rivières sont sales. On n'a plus de bois. C'est pour cela que l'on revient aujourd'hui : c'est pour demander de l'aide."

En 30 ans, 80% de la forêt primaire a disparu. Un monde malade, que Claude Barras a choisi de mettre au cœur de son prochain long-métrage. L'artisan citoyen engagé tente de respecter au plus près ses valeurs et d'adopter un mode de vie plus sobre. Dans quelques jours, il sera sur le tapis rouge de Cannes, dans un smoking recyclé.

La sortie de Sauvages est prévue le 16 octobre 2024.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité