Anjou (38) : Stéphanie, la safranière

Dans le Nord Isère, Stéphanie Sablé vient de se lancer dans le safran et tente de séduire restaurateurs et élus locaux.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
video title

Anjou (38) : production de safran

Elle s'appelle Stéphanie, elle vit dans le nord isère et son truc a elle, c'est la culture du safran, une épice très rare et très chère. Cette production peu banale en Isère éveille la curiosité de quelques grands chefs venus voir le déllicat travail de Stéphanie. Reportage.

La cueillette vient de débuter et elle ne durera qu'un mois tout au plus. Mais des fleurs, il va falloir en ramasser des paniers et des paniers. Pour obtenir un gramme de safran sec, il faut 150 fleurs ! Cette culture ancestrale, qui avait quasiment disparue en France, revient au goût du jour.

100 % bio et économiquement viable, le safran coûte entre 30 et 40 euros le gramme. Encore faut-il faire connaître son activité. Alors le temps d'une journée, Stéphanie a ouvert son champ à des restaurateurs, des élus et des clients potentiels.

<< En vidéo, le reportage Joelle Céroni et Julien Voigt

Le safran dispose d' un véritable marché : pour une consommation nationale estimée à plus d'une tonne, 30 kilos seulement sont produits en France.