L'enfer à la prison de St Quentin Fallavier

La direction de la prison de Saint Quentin Fallavier reconnait que les conditions de travail sont "infernales".

video title

Saint Quentin Fallavier : ras le bol à la prison

La situation est très tendue au centre pénitentiaire de Saint Quentin Fallavier en Isère. Manque de personnel , travail sous tension. C'est le ras le bol pour les syndicats mais aussi pour la direction qui l'a fait savoir

Les conditions de travail au sein du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) sont "infernales en terme de rythme", affirme la direction de l'établissement dans une note au personnel, transmise à la presse mardi par le syndicat Ufap-Unsa Justice.

 "Les conditions actuelles de travail au sein de l'établissement sont pour le moins difficiles et infernales en termes de rythme et de rappels", indique le directeur de l'établissement, David Schots, dans cette note en date du 27 juin 2012.


 Décrivant "une situation inacceptable que l'on rencontre malheureusement depuis plusieurs semaines", il ajoute que "toutes les solutions sont envisagées pour permettre un équilibre pourtant très précaire".


 La direction du centre pénitentiaire n'a pu être jointe. Contactée par l'AFP, la direction interrégionale des services pénitentiaires n'a pas souhaité faire de commentaire.


 Pour Alain Chevallier, secrétaire général adjoint de l'Ufap-Unsa Justice, "l'institution reconnaît pour la première fois, par l'intermédiaire de son responsable local, que la situation est dramatique" à Saint-Quentin-Fallavier, un établissement situé à une trentaine de kilomètres de Lyon (Rhône).


 "La situation est dangereuse, je n'ai jamais connu un tel cumul de problèmes depuis vingt ans", affirme-t-il.
 Selon les estimations du syndicat, l'effectif devrait être augmenté de 18 agents pour que la prison retrouve un "fonctionnement normal".


 En raison du manque de personnel, "des agents sont retenus à la fin de leur service (...) et sont contraints d'enchaîner avec un 2ème service, 12H00 de travail consécutif", dénonce le syndicat dans un communiqué.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter