les apiculteurs font grise mine

Ils déplorent la disparition de cheptels entiers d'abeilles à cause des produits phytosanitaires

video title

Le salon du miel fait grise mine

Pendant deux jours, à Clermont-Ferrand s'est tenu le salon du miel. L'occasion pour les apiculteurs de rappeler les difficultés qu'ils rencontrent, avec de fortes pertes de ruches notamment. Cela alors que leur candidat à la présidentielle, Dédé l'Abeillaud, a annoncé qu'il ne se présentait pas.

Les 16 et 17 mars, s'est tenu à Clermont-Ferrand le salon du miel. L'occasion pour les apiculteurs de rappeler les difficultés auxquelles ils sont confrontés, en particulier les fortes pertes de ruches. En cause : principalelment les produits employés par les agriculteurs pour tuer les insectes, comme le désormais réputé Gaucho.

Alors que leur candidat à la présidentielle vient de jeter l'éponge, les apiculteurs sont dans la rue. A Clermont-Ferrand, ils ont abordé les difficultés rencontrées au cours de l'année écoulée. Outre la sécheresse et le varois, un redoutable acarien, ils ont fustigé la poursuite de l'héctombe dûe à l'utilisation des pesticides. Conséquence : nombre de ruches meurent et les apiculteurs doivent trouver des solutions pour reconstituer les colonies, tandis que la production ne cesse de diminuer.

Pour les 3000 apiculteurs auvergnats, dont une centaine de professionnels, la question de la sauvegarde de la pollinisation est désormais posée. Quand le pollen et les abeilles sont fragilisés, c'est toute la nature qui est menacée, répètent à l'envi les apiculteurs.

Voir le reportage de Sébastien Kérroux et de René Thévenot    

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité