Mont Maudit : les 4 disparus sont vivants !

9 morts, 12 blessés, mais 4 disparus retrouvés indemnes après l'avalanche au Mont Maudit

video title

video title

Témoignage d'un rescapé du Mont Maudit

Ecoutez le témoignage de Daniel Rossetto, guide de haute montagne, qui a survécu avec ses 2 clients, à l'avalanche mortelle du Mont Maudit. L'une des plus meurtrières dans les Alpes depuis longtemps.

Ce matin du 12 juillet plusieurs cordées d'alpinistes ont été emportées par une avalanche sur les pentes du Mont Maudit. 9 morts et 12 blessés sont à déplorer. Mais les 4 portés disparus ont finalement été retrouvés indemnes.

Les alpinistes qui ont péri sont  Suisses,  Allemands,  Espagnols, et Britanniques.

<<

Ci-dessus la coulée meurtrière sous le col du Mont Maudit 

9 morts

Les recherches devaient reprendre ce vendredi matin 13 juillet. Mais la gendarmerie a annoncé que les quatre autres alpinistes portés disparus, deux Britanniques et deux Espagnols, étaient vivants, deux ayant annulé leur expédition, les deux autres ayant choisi un autre itinéraire.

"Le bilan s'arrête à neuf morts. Il n'y a plus personne sur la liste des disparus.

C'est une bonne nouvelle qui clôt une journée dramatique", a déclaré à l'AFP le

lieutenant Emmanuel Vegas, du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix.

enquête en cours

L'enquête devra déterminer l'origine exacte de cette avalanche, "la plus meurtrière de ces dernières années".

"J'ai requis un expert en avalanche pour donner son point de vue", a déclaré à

l'AFP le procureur de la République de Bonneville, Pierre-Yves Michau, ajoutant

qu'"il s'agit d'une avalanche de plaque a priori, qui fait partie des risques objectifs de la montagne".

Le vent aurait amassé sur la pente raide de la neige en une couche superficielle,

qui aurait glissé sous le poids des alpinistes, peut-être sous le piolet de l'un

d'eux, a précisé le magistrat, soulignant que "les conditions météo n'étaient pas

défavorables".

L'avalanche a également fait douze blessés, trois Espagnols, deux Allemands, deux

Américains, deux Danois, un Serbe, un Suisse et un Français. Onze ont été hospitalisés

à Sallanches et un autre, victime d'un traumatisme thoracique et d'une fracture

vertébrale, l'a été à Sion en Suisse.

D'après Frédéric Champly, chef des urgences et des secours en montagne à l'hôpital

de Sallanches, "les blessés hospitalisés vont bien". Six sont déjà ressortis de

l'hôpital jeudi.

L'avalanche, qui a formé un amas de neige de 100 mètres carrés, d'une épaisseur

de 2 mètres, n'était pas "énorme" selon lui, mais "c'est la surfréquentation qui

fait qu'on a autant de victimes". Quelque 20.000 alpinistes se lancent chaque été

à l'assaut du Mont-Blanc, dont une bonne partie par la voie dite des "Trois Monts",

dont le Mont Maudit constitue un passage.

 surfréquentation ?

Les victimes font partie d'un groupe de 28 personnes, comprenant des guides de

différentes nationalités, parties du refuge des Cosmiques, à quelque

3.600 mètres. Sa gardienne, Laurence Cantele, a assuré à l'AFP que ces alpinistes

étaient chevronnés.

Parmi les disparus, Roger Payne, un guide britannique, professionnel depuis 1983, instructeur spécialiste des avalanches. Il avait présidé l'association des guides de montagne britanniques.

Le dernier accident d'alpinisme le plus grave dans les Alpes avait eu lieu le

24 août 2008, lorsque huit alpinistes -trois suisses, un guide autrichien et quatre

allemands- avaient été emportés par une avalanche à la suite d'une chute de séracs au Mont Blanc du Tacul.

Le Mont Maudit, qui culmine à 4.465 mètres, est un des itinéraires qui mène au

Mont-Blanc. Il est l'un des passages de la "voie des trois monts", couramment empruntée, avec le Mont Blanc du Tacul et le Mont-Blanc.