Cet article date de plus de 8 ans

Robert Sabatier et son Auvergne

L'auteur des "Allumettes suédoises" est mort à l'âge de 89 ans, il avait passé une partie de son enfance en Haute-Loire.
video title

Evocation de Robert Sabatier à Saugues

Robert Sabatier s'est éteint jeudi. Ecrivain, poète, l'homme de lettre a raconté son enfance dans les séries du "roman d'Olivier" un garçon orphelin qui passe ses vacances chez ses grands parents, à Saugues. Aujourd'hui le village de Haute Loire se souvient d'un homme discret trés attaché à ce pays.

Né en 1923 à Paris, Robert Sabatier a vécu, un peu plus tard, une partie de son enfance en Haute-Loire, à Saugues précisément. Il séjournait chez ses grands-parents durant les vacances quand il n'apprenait pas la typographie dans l'atelier parisien de son oncle.

Robert Sabatier perd sa mère, emportée par une crise cardiaque, quand il est âgé de 12 ans. Adopté par sa tante et son oncle, il apprend dans l'atelier parisien de celui-ci la typographie. C'est durant les vacances que débute son histoire avec l'Auvergne en général et avec Saugues, en particulier. En Haute-Loire, il est accueilli par ses grands-parents. Il séjourne plusieurs années dans ce département, intègre même le maquis pendant la seconde guerre mondiale avant de participer à la libération du Puy-en-Velay.

Cette amour pour l'Auvergne, Robert Sabatier l'a mis en mots dans le roman "Les Noisettes Sauvages", paru en 1974 soit 5 après le plus grand succès de son oeuvre : "Les Allumettes Suédoises".

Robert Sabatier s'est éteint le 28 juin 2012 à Boulogne. Il était âgé de 89 ans.

En 1993, France 3 Auvergne avait consacré un magazine à Robert Sabatier et à son enfance dans la commune de Saugues.

 A lire également :

-Robert Sabatier, l'auteur des "Allumettes suédoises" est mort (FTV Info)

-Robert Sabatier, la nostalgie de Montmartre (Le Figaro)

-La dernière allumette de Robert Sabatier (Le Point)

A voir également le reportage à Saugues d'Elodie Brot-Monnier et Anthony Borlot :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition littérature culture