Insertion en Isère: l'AREPI-l'Etape licencie des éducateurs

Inquiétude à l'AREPi-l'étape. Depuis près de 40 ans, cette association de l'Isère oeuvre pour l'accompagnement, l'hébergement et la réinsertion des personnes les plus fragiles. Aujourd'hui, face à de gros problèmes financiers, elle connaît un plan de licenciement.

L'association AREPI, association régionale d'insertion, mobilise ses salariés autour d'actions en faveur de jeunes et d'adultes désocialisés, de SDF, de détenus en fin de peine... qui peuvent découvrir ou redécouvrir le monde du travail, grâce notamment à un atelier d'adaptation à la vie active. Confrontée à des problèmes de financement aigus, -le trou est estimé à 1 million d'euros sur un budget de 6,5 millions-, Arepi n'aurait aujourd'hui plus le choix: deux postes d'éducateur vont être supprimés à l'atelier et cinq autres dans l'association qui compte 80 salariés.

Le service "enquêtes de personnalité" va ainsi disparaître. Dans le cadre d'un jugement, ces enquêtes sur des personnes mises en examen ou des victimes étaient demandées par l'autorité judiciaire afin de fournir "des éléments d'appréciation sur le mode de vie passé et présent" de la personne et d'éclairer son parcours, son histoire, son environnement. Les trois enquêteurs sont licenciés.

En grève, les salariés dénoncent toutefois une mauvaise gestion et redoutent d'autres licenciements. 

Reportage Sophie Pellerin et Vincent Habran

Intervenants: Fabrice Ben Youssef, salarié du chantier de réinsertion; Pascal Caluori, directeur de l'association; Jean-Pierre Maurin, éducateur spécialisé