En Isère, le lycée de Moirans ne veut pas des portiques de sécurité de Laurent Wauquiez

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes
© Aurélie Massait

La proposition choc de Laurent Wauquiez lors de sa campagne des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes a connu un premier revers: le lycée de Moirans (Isère), qui devait être pilote du dispositif, ne s'équipera pas de portiques de détection d'armes, mais de simples tourniquets.

"L'idée de portiques a fait monter tout le monde au créneau dans les établissements, les parents comme les professeurs. Ça serait devenu du flicage tous azimuts", a déclaré le proviseur du lycée Pierre Béghin, Jean-Christophe Ployon, à un journaliste de l'Agence France Presse. Des propos qu'il n'a pas souhaité confirmer à France 3 Alpes.  

Conséquence, ce sont six tourniquets qui doivent être installés durant les vacances de Pâques. Les élèves auront donc des badges pour entrer.

Reportage Aurélie Massait et Yves-Marie Glo
durée de la vidéo: 01 min 47
Le lycée de Moirans refuse les portiques

Moirans, une petite ville avait défrayé la chronique en octobre avec un soulèvement de gens du voyage ce qui lui a valu de devenir un symbole de l'insécurité lors de la campagne des régionales.

Fin janvier, fraîchement élu président d'Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez s'était rendu dans la cité, annonçant cette expérimentation d'installation de portiques de détection dans 15 lycées de la Région, et désignant l'établissement de Moirans comme lycée-pilote. Le président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes explique aujourd'hui qu'il s'agissait d'une proposition, les mesures de sécurité étant construites "avec les proviseurs, au cas par cas. Chaque lycée est différent". 

Une opposition 

Jeudi, l'Unsa Education Auvergne a publié un communiqué pour faire part de ses réserves "expresses" sur le sujet. Car "l'Unsa privilégie la présence humaine de personnels d'éducation pour contribuer à l'encadrement des jeunes et à leur éducation". En février, la section Rhône-Métropole de Lyon de la FCPE, première fédération de parents d'élèves, avait aussi fait part de son opposition.

Le 11 février, la Région a débloqué une première enveloppe de 1,5 million d'euros pour expérimenter la sécurisation des 15 lycées sur 600. L'équipement est donc estimé à 100.000 euros par établissement.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.