• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

“C'est l'ultra-trail des canidés” : comment l'Isère est devenue la capitale mondiale du canicross

L'Oisans est devenue la capitale du canicross le temps d'une semaine. / © Denis Vigneau-Dugué / France 3 Alpes
L'Oisans est devenue la capitale du canicross le temps d'une semaine. / © Denis Vigneau-Dugué / France 3 Alpes

Le Trophée des Montagnes s'est achevé dimanche 11 août à Auris-en-Oisans. Une compétition internationale de canicross qui a réuni les plus grands champions de la discipline sur les sommets isérois.

Par M.D. avec Denis Vigneau-Dugué

C'est une compétition exceptionnelle que certains appellent "l'Ultra-Trail des canidés". Seuls 300 chanceux ont pu participer à la course internationale de canicross made in Isère : le Trophée des Montagnes, dont la finale s'est déroulée à Auris-en-Oisans du vendredi 9 au dimanche 11 août. Et les heureux sélectionnés comptent parmi les meilleurs compétiteurs mondiaux.

"Certains, ne serait-ce qu'en course à pied pure, sont vraiment forts. Le premier est quand même 9e au Championnat de France de cross, ça donne une petite idée de la valeur athlétique des personnes", note Yvon Lasbleiz, président de la Fédération Internationale de Canicross et organisateur de l'événement.

Au terme des dix jours de course, c'est le Toulousain Pierre-Laurent Viguier qui se positionne en tête du classement général, joli performance pour sa première participation au Trophée des Montagnes. "C'est une épreuve exceptionnelle et le premier mot qui me vient, c'est « camaraderie », s'enthousiasme le vainqueur de cette édition 2019. On a été en tête des groupes de coureurs mais vraiment, tout le monde est très fair-play, c'est un plaisir de courir chaque jour. On ne se gênait pas, on se parlait et ça a été dix épreuves de plaisir."

 

"Une épreuve d'une grande beauté"


Autre fervent défenseur du trophée des montagnes : l'animateur de la manifestation Jean Pierre Talbot. C'est lui qui, dans les années 1960, incarnait Tintin au cinéma. Mais ici, on le connaît d'abord en tant que sportif avec ses trois titres de Champion d'Europe en poche.

Plusieurs décennies après ses premières éditions, "Tintin" garde la même fascination pour cette épreuve unique au monde : "La chaleur, l'ascension, les descentes... monter c'est facile avec le chien qui nous tracte, mais si on ne suit pas, le chien va s'épuiser et s'arrêter, explique-t-il. En descente, il faut savoir le gérer pour ne pas être embarqué. C'est une épreuve d'une grande beauté, et c'est grâce à cela que le canicross international s'est développé." Preuve de la réussite de l'événement : sur les sommets de l'Oisans, cette semaine, 22 langues différentes se sont mêlées à des milliers d'aboiements.
 
"C'est l'ultra-trail des canidés" : comment l'Isère est devenue la capitale mondiale du canicross

 

Sur le même sujet

INSOLITE. Puy-de-Dôme : quand des sirènes se donnent rendez-vous au lac d'Aubusson

Les + Lus