Coronavirus : "en attendant, je compose" : Carlo Rizzo, percussioniste italien confiné chez lui en Isère

Confiné chez lui, à St Martin-d'Uriage en Isère, le tambouriniste et artiste peintre peintre Carlo Rizzo, n'envisage aucun concert ni aucun festival cette année. Une année blanche qu'il va consacrer à la composition et la peinture. Témoignage.
© Miqueu Montanaro
De l'Italie, Carlo Rizzo a peu de nouvelles, mais il suit de près les événement par son frère installé à Saint-Christophe dans la vallée d'Aoste avec femme et enfant. "Ca a été très dur, mais ça va un peu mieux maintenant".

Carlo, lui est confiné à Saint-Martin d'Uriage en Isère où il vit depuis plusieurs années avec sa femme Christiane. Cet artiste italien, né à Mestre en Vénétie en 1955, se destinait à la peinture après avoir obtenu son diplôme d’Etat à l’Académie des Beaux-Arts de Rome, mais il a finalement choisi de vivre de la musique. 

Son instrument, le tambourin, dont il a fait une spécialité au point de créer deux nouveaux instruments, le tambourin polytimbral et le tambourin multitimbral. Il est devenu mondialement connu grâce à sa virtuosité et son sens de l’improvisation. 
 
Mais aujourd'hui rien ne va plus, spectacles interdits, concerts annulés, Carlo Rizzo prend son mal en patience et se terre chez lui. "A 65 ans, je fais partie des populations à risque pour le Coronavirus, alors j'ai annulé tous les concerts et festivals jusqu'à fin août".

Annulés les concerts du mois d'août en Allemagne ou encore le festival de Cluny, Carlo a changé son fusil d'épaule, persuadé que le retour à la normale prendra encore du temps. "Qui va aller aux concerts ? Personne dans ce climat, et moi le premier, je refuse de prendre le risque tant qu'on n'aura pas de traitement. Les voyages, les répétitions, tout ça, c'est foutu !".

Alors il prend son mal en patience et se réfugie dans la peinture et la calligraphie, ses premières amours. " Je crois que dans ce moment si particulier, il faut en profiter pour faire autre chose. Je prépare une exposition de peinture pour le mois d'octobre et je compose, tout en travaillant mon tambourin quotidiennement ".

Les concerts sur Internet ? "Pourquoi pas, même si c'est difficile en percussion, parce que le tambourin est un instrument très précis et ce n'est pas facile d'être synchrone avec les autres musiciens, mais l'idée me plaît et je vais le proposer à Jean-Pierre Sarzier, un clarinettiste avec lequel je joue souvent".

Rizzo et Sarzier, pour un petit concert confiné sur Internet, gardez une oreille sur la toile, on ne sait jamais.






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture covid-19 santé société