Coronavirus : le CHU de Grenoble pas débordé pour l'instant : “on a eu un peu plus de temps pour nous préparer”

© France3Alpes
© France3Alpes

Le Professeur Olivier Epaulard et ses confrères ont tenu a rassurer,  lors d'une conférence de presse hier, mercredi 25 mars 2020, à Grenoble. Ils ont estimé que le confinement plutôt bien respecté peut permettre au CHU Grenoble-Alpes de faire face à l'afflux de malades du Coronavirus.

Par Daniel Despin

Il y aurait à ce jour moins de 30 patients COVID 19 hospitalisés au CHU Grenoble-Alpes, a souligné hier, mercredi 25 mars 2020, le professeur Olivier Epaulard, infectiologue, lors d'une conférence de presse. Si le nombre de cas est en augmentation, on est loin de ce qui se passe en Italie a t'il précisé : « Ce n’est pas un scénario qui nous prendrait de cours... Le confinement, qui semble bien respecté ici, va permettre qu’on ne passe pas dans une phase dure, pas d’augmentation paralysante... L’hôpital a de quoi faire face ".

Une affirmation corroborée par la directrice générale du CHU qui confie : "on a eu un peu plus de temps pour nous préparer".

En tout, l'hôpital possède trois unités de 25 à 30 lits mobilisables pour les patients COVID les moins graves. 10 lits sont actuellement occupés par les malades en réanimation, la capacité étant de 89 à une centaine de lits au total, entre le CHUGA et la clinique privée Belledonne.

Autre "bonne nouvelle", le professeur Guillaume Debaty, responsable du SAMU annonce une légère baisse des appels au 15. Certains malades n'oseraient plus appeler, de peur de saturer la ligne et rappelle t'il :"pour les vrais urgence, il faut appeler le 15 et seulement dans ce cas".

Pour la médecine privée « de ville », le Dr Pascal JALLON, Président de l'Ordre Médecins de l'Isère, annonce l’ouverture de 28 sites dédiés aux cas suspects COVID d’ici la fin de la semaine dans le département (Grenoble, Bourgoin, Moirans).

Il seront installés dans des cabinets de Médecine du Travail ou des Maisons de santé pluridisciplinaires. Des médecins généralistes volontaires assureront par exemple, une permanence le matin sur un site dédié, et dans l'après-midi, ils recevront les patients non COVID.
 
Enfin Le Dr Didier LEGEAIS, chirurgien urologue, assure que les distributions de matériel et de masques notamment, sont en cours auprès de tous les professionnels de santé, y compris les auxiliaires. Elles devraient permettre de tenir une dizaine de jours.

Le point sur les hôpitaux de Chambéry et Grenoble dans ce reportage de Xavier Schmitt et Florine Ebbhah.

 

 
 

Sur le même sujet

Les + Lus