Coronavirus : en Isère, des bénévoles fabriquent 90 000 masques en un mois pour équiper la population

En Chartreuse, Valdaine et Vals du Dauphiné, dans le département de l'Isère, près de 600 bénévoles se sont mobilisés pour confectionner quelque 90 000 masques en tissu. Ils vont être offerts aux habitants du territoire avant le déconfinement.

Des bénévoles se sont mobilisés pour confectionner 90 000 masques en tissu en Chartreuse.
Des bénévoles se sont mobilisés pour confectionner 90 000 masques en tissu en Chartreuse. © DR
Ils étaient partis pour produire un millier de masques en tissu, les bénévoles de la Chartreuse en ont confectionné 90 000. Couturières, entreprises et élus se sont mobilisés pour équiper tous les habitants d'une soixantaine de communes de l'Isère en masques avant le déconfinement. Un mois plus tard, c'est mission accomplie.

Il aura fallu 10 000 mètres de tissu, 60 000 mètres de fils et l'équivalent de 650 jours de travail pour parvenir à cet objectif un peu fou. "Si on avait su tout l'investissement que ça demandait, on ne l'aurait peut-être pas fait", plaisante Denis Séjourné, président de la communauté de communes Coeur de Chartreuse et chef du projet.
 
Une livraison de textile pour confectionner les masques en tissu.
Une livraison de textile pour confectionner les masques en tissu. © DR

 

600 bénévoles


À l'origine, une centaine de bénévoles s'activaient pour confectionner et distribuer des masques au personnel soignant et aux commerçants du territoire exposés au nouveau coronavirus. Quelques semaines plus tard, ils étaient six fois plus nombreux, sans compter la dizaine d'entreprises qui se sont associées au projet. Leur ambition : fournir à chaque habitant  de Chartreuse, Valdaine et Vals du Dauphiné un "masque barrière textile à plis" correspondant aux normes Afnor.
 
"Nous avons revu notre objectif à la hausse quand le message du gouvernement sur les masques a changé", se rappelle l'élu qui pilote l'opération. Le port du masque va devenir obligatoire dans les transports en commun à partir du 11 mai. Et l'Académie de médecine recommande que la sortie du confinement soit accompagnée du "port obligatoire d'un masque grand public anti-projection, fût-il de fabrication artisanale, dans l'espace public."

 

Réutilisables 20 fois


Chaque pièce fabriquée en Chartreuse coûte 1,20 euro à la communauté de commune qui finance les matières premières. "Ils ne sont pas distribués gratuitement, ils sont offerts", insiste Denis Séjourné qui commence à prévoir comment livrer ces dizaines de milliers de masques. À Entre-Deux-Guiers, ça sera sous le préau le l'école pour limiter la promiscuité. Dans le bureau de vote de la commune pour Saint-Laurent-du-Pont. Mais partout, les habitants auront la possibilité de les retirer avant le déconfinement.
 
Ces masques, fabriqués sur le modèle d'un patron fourni par le CHU de Grenoble, sont réutilisables au moins 20 fois. "Au-delà, on ne sait pas, car il faut pratiquer des tests, ce qui est très coûteux", ajoute le chef du projet. Les habitants pourront également bénéficier des masques promis par la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui en a commandé 9 millions. Une fois les 90 000 masques distribués, les bénévoles de la Chartreuse pourront prendre congé après un mois de confinement bien rempli.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter