Prison de Mont-de-Marsan : l'agresseur avait été condamné à 20 ans dans la rixe d'Echirolles

Ilyès Tafer dans le box des accusés, lors du procès de la rixe d'Echirolles. / © Christophe Busti
Ilyès Tafer dans le box des accusés, lors du procès de la rixe d'Echirolles. / © Christophe Busti

Le détenu qui a agressé et blessé à coups de poing sept surveillants, lundi 15 janvier au centre pénitentiaire Pémégnan à Mont-de-Marsan (Landes), est Ilyes Tafer, l'un des dix condamnés pour le meurtre de kevin et Sofiane, deux jeunes gens à Echirolles en Isère en 2012

Par I.G avecAFP

Ilyes Tafer avait été condamné à la peine la plus lourde, 20 ans de réclusion criminelle, pour sa participation au lynchage de Kevin Noubissi, étudiant en master de 21 ans, et Sofiane Tadbirt, éducateur de 22 ans, dans un parc d'Échirolles près de Grenoble, le 28 septembre 2012.

"Ilyes Tafer était connu pour ses comportements très agressifs mais jusqu'à présent il n'avait jamais été aussi violent en détention", a précisé l'une des deux sources.

Ce détenu "refusait l'autorité pénitentiaire, ce qui était un gros souci", a confirmé à l'AFP Ludovic Motheron, délégué CGT au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan. Selon ce syndicaliste, "on savait pertinemment qu'il n'était pas adapté à l'établissement", a ajouté M. Motheron.


Avant sa condamnation, en décembre 2015, à l'issue d'un procès à huis clos à Grenoble, Ilyes Tafer avait été condamné en 2012 pour avoir poignardé le vigile d'un supermarché : âgé de seulement 18 ans, il était sorti de prison 13 jours avant la rixe mortelle d'Echirolles.

L'extrême violence du lynchage de Kevin et Sofiane avait ému la France entière, et le président de la République d'alors, François Hollande, ainsi que plusieurs ministres s'étaient rendus sur place.

Kevin avait été frappé de huit coups de couteau, dont un mortel au poumon. Sofiane avait été poignardé à 31 reprises, dont neuf fois dans le dos, et frappé au crâne avec un marteau.

Douze accusés, âgés de 19 à 24 ans, dont deux mineurs au moment des faits, avaient comparu à huis clos. Dix avaient été condamnés à des peines de 8 à 20 ans de réclusion criminelle et deux acquittés.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un village du Cantal privé de téléphone et d’internet depuis deux mois

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés