• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Amputé de la jambe, Thomas dénonce une prise en charge “aberrante” du Samu et du CHU de Grenoble

Thomas Veyret victime d’un accident de trampoline a du être amputé de la jambe droite en février 2017. / © France 3 Alpes
Thomas Veyret victime d’un accident de trampoline a du être amputé de la jambe droite en février 2017. / © France 3 Alpes

Victime d'un accident de trampoline en février dernier, Thomas Veyret a décidé de porter plainte contre le CHU de Grenoble et le médecin régulateur du Samu. Des fautes graves dans la prise en charge médicale seraient à l'origine de son amputation.

Par Anne Hédiard

Thomas Veyret a 20 ans. Etudiant en BTS tourisme en alternance, il travaillait comme moniteur de trampoline dans une salle de sport de l'agglomération grenobloise jusqu'à son accident le 7 février dernier.

Lors d'une démonstration. Thomas chute et sa jambe se retrouve coincée dans le trampoline. Aussitôt les secours sont prévenus. Au téléphone, le médecin régulateur du Samu refuse dans un premier temps d'appeler les pompiers. Il demande d'abord à Thomas de redresser lui-même sa jambe tordue à 45°.

Finalement conduit aux urgences du CHU, Thomas va passer des heures à attendre l’angioscanner prescrit par un orthopédiste. Les médecins s'apercevront trop tard qu'une artère a été sectionnée. La jambe n'est plus irriguée depuis trop longtemps. Les médecins ne parviendront pas à sauver la jambe, amputée quelques jours plus tard.

"il y a certaines choses qui doivent changer"


Thomas dénonce aujourd'hui une prise en charge "aberrante". "Tu arrives avec une fracture du plateau tibial et tu repars avec une jambe en moins. Il y a quelque chose qui ne va pas" explique-t-il. 

Il a donc décidé de demander des explications au médecin régulateur du Samu et au CHU de Grenoble. Son avocat a déjà déposé une requête indemnitaire au tribunal administratif de Grenoble. Il s'apprête à déposer une autre plainte au pénal.

"Si on ne veut pas que l'histoire se répète, il y a certaines choses qui doivent changer" précise Thomas surtout dans "un hôpital entouré de stations de ski et habitué de la prise en charge des traumatismes".

Malgré sa jambe en moins, Thomas estime avoir eu de la chance de s'en être sorti malgré "ces négligences".

Plainte après amputation
Intervenants : Thomas VEYRET - Maître Edouard BOURGIN, avocat de Thomas Veyret. Reportage : Gilles Ragris - Didier Albrand.


Sur le même sujet

Jean-François Barnier, président des Maires de la Loire

Les + Lus