Bilan décevant pour les soldes d'été à Grenoble : "Il faut absolument qu'on se débarrasse de notre stock"

Les soldes d’été se sont achevés ce mardi 27 juillet. Le contexte sanitaire et la météo n'ont pas encouragé les clients à faire les boutiques. A Grenoble, les commerçants sont loin d’avoir vendu tout leur stock et estiment avoir perdu 30% de leur chiffre d’affaires par rapport à l'été dernier.
Les commerçants grenoblois accusent le coup après des soldes décevants cet été.
Les commerçants grenoblois accusent le coup après des soldes décevants cet été. © N. Rapuc / France 3 Alpes

Mardi matin, dernier jour des soldes, les rues du centre-ville sont aussi vides que les rayons.

Dans sa boutique de prêt-à-porter, Véronique Balmigère explique avoir ressenti un emballement de la clientèle… mais la première semaine seulement. "Ça s'est essoufflé bien plus vite, comme si la clientèle était partie en vacances plus tôt que d'habitude", regrette-t-elle.

A quelques pas de là, une cliente vient de dénicher une jolie paire de ballerines dans un magasin de chaussures. Elle n’était pas venue spécialement pour la fin des soldes mais est plutôt ravie de sa trouvaille. En caisse, Julien Bert, le responsable de la boutique, se montre beaucoup moins enthousiaste.

Il espérait que l'engouement lié à la réouverture des magasins en mai allait se poursuivre. "Il faut absolument qu’on se débarrasse de notre stock, s'inquiète-t-il. Même si les soldes sont finis, on va enlever les étiquettes et continuer à pratiquer des remises".

 

Un chiffre d'affaires en baisse

Jean-François Commandeur, représentant du quartier Lafayette pour le groupement des unions commerciales de Grenoble, confirme que le bilan des soldes est moins bon que celui de l’été passé : de -20 à -30% sur la deuxième quinzaine de juillet.

"Il y a déjà un contexte sanitaire particulier, énumère-t-il. Il y a aussi eu des départs en vacances très tôt cette année et puis une météo qui n’était pas superbe. Donc tous ces facteurs expliquent que les soldes ne se sont pas très bien passés cette année et que le chiffre d’affaires est plutôt en baisse".

Ce premier bilan reste provisoire. Mais il traduit l’inquiétude des commerçants, fragilisés depuis le début de la crise sanitaire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société