"C’est la bombe climatique de notre génération" : des militants écologistes dénoncent les projets "irresponsables" de Total et du Crédit Agricole

Samedi 20 mai, une quarantaine de militants écologistes se sont réunis devant une agence du Crédit Agricole, située rue de la République à Grenoble. Ils accusent la banque de financer des "bombes climatiques", comme les nouvelles pipelines de Total en Afrique. À travers cette mobilisation, les associations exigent un désengagement des énergies fossiles.

En blouse blanche, les militants écologistes ne sont pas passés inaperçus dans les rues de Grenoble ce samedi matin. Membres d’Extinction Rébellion, Alternatiba, Attac ou encore Scientifiques en rébellion, ils étaient une quarantaine réunis devant l’une des agences du Crédit Agricole pour un acte de désobéissance civile.

Au cours d’une mise en scène, les militants sont tombés au sol les uns après les autres, pendant qu’un participant, habillé en costume noir et arborant le logo de la banque, les aspergeait avec un liquide noir semblable à du pétrole. "Avec cette mise en scène, on demande au Crédit Agricole, dont l’une des filiales est le premier actionnaire de Total, de se désengager des énergies fossiles", explique Johan, militant pour Extinction Rébellion.

Les participants ont ensuite collé des affiches sur la vitrine de la banque, et laissé des traces de mains enduites de peinture rouge sur les vitres. 

Ces militants accusent le Crédit Agricole de financer les projets de pipelines menés par le groupe pétrolier en Afrique. "La bombe climatique de notre génération", résument-ils.

Les projets d'extraction d'énergie fossile en ligne de mire

Partout en France, de nombreuses actions similaires sont organisées par des collectifs écologistes contre le projet EACOP de Total. "En France, nous attendons que les puissances financières comme le Crédit Agricole, la BNP Paribas et la Société Générale prennent mobilisation et vigilance au sérieux. Ces entreprises continuent ces investissements totalement irresponsables alors que la communauté scientifique est claire sur l'arrêt de nouveaux projets d'extraction d'énergie fossile", déclarent les associations dans un communiqué commun.

Les militants poursuivront leur lutte dès vendredi prochain, lors de l’assemblée générale de Total qui doit avoir lieu à Paris. "Nous ne pouvons laisser la destruction environnementale suivre sa marche forcée sans rien faire, nous serons là pour nous y opposer et dénoncer tout complice, y compris les États comme la France", préviennent-ils. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité