Le cancer détecté par une simple prise de sang, la découverte d'une chercheuse grenobloise

La programme "L'Oréal-Unesco pour les femmes et la sciences" vient de remettre une bourse à une chercheuse de Grenoble. Eloïse Pariset travaille au CEA. Elle a été récompensée pour l'excellence de son projet scientifique qui vise à détecter plus tôt le cancer grâce à une prise de sang.

Par TD

Diagnostiquer un cancer grâce à quelques gouttes de sang, le projet pourrait aboutir d'ici quelques années. Il est le fruit des recherches d'une jeune Grenobloise de 25 ans, Eloïse Pariset. 

La jeune chercheuse travaille depuis deux ans déjà au CEA de Grenoble sur ce projet qui vient d'être récompensé par le prix L'Oréal - Unesco

Dans le sang se trouve une multitude d'éléments dont les biomarqueurs, des petites capsules qui vont indiquer si une personne est porteuse de cellules cancereuses. 

Eloïse Pariset souhaite mettre au point un dispositif portable qui permettra en quelque sorte de séparer les biomarqueurs des autres éléments, pour pouvoir les analyser. 

Auparavant, pour séparer les éléments, le sang était centrifugé, mais cette manipulation endommageait les biomarqueurs. La méthode proposée par Eloise Pariset est plus douce et plus efficace.


Reportage Ana Koroloff, Grégory Lespinasse, Laetita Di Bin:
Prix L'Oreal Unesco - recherche sur le cancer CEA Grenoble
Intervenante: Eloïse Pariset, Lauréate de la bourse L'Oréal-UNESCO

Il faudra attendre de nombreuses années pour voir ce projet aboutir.  Recevoir la bourse de 15.000 euros va permettre à Eloïse Pariset de soutenir ses travaux. 

La reconnaissance de ses pairs a également beaucoup ému la jeune chercheuse. Dans le jury se trouvait le président de l'Académie des sciences. "Ca montre l'impact de mon projet et la façon dont il est considéré par des personnes totalement spécialisées dans ce domaine" explique la jeune femme. 

Seules 28 % des chercheuses dans le monde sont des femmes. Pour Eloïse, il est important de montrer à la future génération qu'une fille peut tout à fait évoluer dans le milieu scientifique. 

En avril prochain, elle poursuivra ses recherches aux Etats-Unis au célèbre MIT, le Massachusetts Institute of Technology

Sur le même sujet

Lyon - L'association ALERTE fête ses 40 ans

Près de chez vous

Les + Lus