Convention Génération.s à Grenoble : Jean-Luc Mélenchon propose un pacte à Benoît Hamon

Le mouvement Génération.s, fondé par Benoît Hamon, tient sa première convention du samedi 30 juin au dimanche 1er juillet 2018 au Summum de Grenoble, en Isère. / © Jean-Christophe Pain
Le mouvement Génération.s, fondé par Benoît Hamon, tient sa première convention du samedi 30 juin au dimanche 1er juillet 2018 au Summum de Grenoble, en Isère. / © Jean-Christophe Pain

Le chef de file des députés Insoumis Jean-Luc Mélenchon a invité, ce samedi 30 juin 2018, Benoît Hamon et son parti à un rapprochement par l’intermédiaire de tweets. Un appel qui intervient alors que se tient ce week-end à Grenoble, la première convention nationale de Génération.s.

Par France 3 Alpes avec AFP

Un an après son lancement, Génération.s, fondé par Benoît Hamon, tient ce week-end, sa première convention nationale au Summum de Grenoble, en Isère.

Le mouvement, qui revendique 60.000 membres et un millier de comités locaux, doit adopter à cette occasion ses "premiers statuts" et son manifeste.
 

Ce pourrait être aussi l'occasion d'un nouveau rapprochement avec le chef de file des députés Insoumis. Jean-Luc Mélenchon fait en effet un premier pas ce samedi en lançant un appel sur son compte twitter.

Il invite Benoît Hamon et son parti à renoncer aux "agressions inutiles" et à faire un "pacte de non-agression".
 

Il propose également de reprendre le dialogue pour "établir bilan et perspectives". Preuve de sa bonne volonté, le groupe France Insoumise à l'assemblée est prêt à accueillir le député Régis Juanico, qui a annoncé son départ du PS pour Générations le 24 juin.
 

Interrogé sur cette offre, le coordinateur de Générations Guillaume Balas a estimé qu'elle prouvait que Jean-Luc Mélenchon est "quelqu'un d'intelligent, qui sait qu'il y a des mouvements intéressants, dont il faut tenir compte".

"Il ne s'agit pas de s'envoyer des noms d'oiseaux, mais d'indiquer quelles sont les convergences et d'assumer les divergences", notamment sur la question européenne, a-t-il souligné.

La question est de savoir "comment on répond à ce grand courant de régression nationaliste qui est en train d'émerger. Nous, on pense qu'il ne faut avoir avec lui aucune complaisance".

 

Sur le même sujet

Les + Lus