Covid-19 : 661 926 élèves font leur rentrée dans l'académie de Grenoble entre protocole sanitaire et vaccination

C'est une rentrée attendue et forcément singulière. A Grenoble, l'une des trois académies de la région Auvergne- Rhône-Alpes, 2ème région la plus peuplée de France, 661 926 élèves et apprentis sont attendus ce 2 septembre. A l'ordre du jour, le port du masque, les tests salivaires, et la vaccination
Le gel...désormais un incontournable dans les établissements scolaires, comme ailleurs
Le gel...désormais un incontournable dans les établissements scolaires, comme ailleurs © France 3 Alpes

"Ce n'est pas la même configuration que l'an dernier où on était vraiment inquiets après des mois de fermeture, la continuité pédagogique, on est prêts à la mettre en oeuvre, tous les niveaux du protocole sanitaire, on a les expérimentés et on a désormais un savoir-faire, je voudrais rassurer les parents" a indiqué à France 3 Alpes, Hélène Insel, Rectrice de l'Académie de Grenoble.

Au total ce jeudi 2 septembre, pas moins de 661 926 élèves et apprentis reprennent le chemin des cours dans toute l'Académie de Grenoble, sur cinq départements : l'Ardèche, la Drôme, l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. 

 

"61 % des 12 à 18 ans sont déjà vaccinés"

Hélène Insel se veut rassurante et persuadée de pouvoir "faire en sorte que cette rentrée soit la plus normale possible, c'est important pour les enfants".

"61 % des 12/ 18 ans sont déjà vaccinés, même si ce n'est pas suffisant, c'est un bon signe, car l'autorisation est assez récente donc, les parents ont quand même décidé de vacciner leurs adolescents cet été, dans un laps de temps très court" estime la Rectrice qui assure travailler encore avec l'Agence Régionale de Santé, la préfecture et les collectivités. 

La vaccination sera opérationnelle, dans les établissements pour tous ceux qui le souhaitent, dès la rentrée "ou dans l'établissement avec des brigades mobiles, ou dans un centre de vaccination à proximité, mais aussi en travaillant auprès des foyers isolés, avec des personnels de santé et par petits groupes".

Quant aux autres, ceux dont les familles ne sont pas encore convaincues? "On va faire notre métier, de la pédagogie, encore et toujours, un travail d'explication, rappeller comment marche un vaccin de type ARN parce que c'est ce qui fait peur, c'est une nouvelle forme de vaccination,,les équipes médico-sociales, nos professeurs de SVT sont mobilisés ." répond-elle.

Quatre "niveaux" de protocole

Les tests salivaires seront déployés dans le 1er degré, "il s'agit d'identifier les zones les plus à risque, d'éviter les propagations, et l'on en déploiera le nombre qu'il faudra, tant qu'il faudra, en privilégiant les zones de circulation les plus à risque", assure la Rectrice.

Pour cette rentrée, le ministère de l'Education nationale a activé un protocole sanitaire de niveau 2, c'est-à-dire un retour en présentiel pour tous, accompagné de gestes barrières (lavage des mains, port du masque dès 6 ans, aération et désinfection des surfaces). Ce protocole prévoit qu'un cas de Covid-19 dans une classe de primaire entraîne une fermeture. Au collège et au lycée, en cas de contamination, seuls les élèves cas contacts non vaccinés devront s'isoler pendant une semaine.

En cas de passage au protocole de niveau 3, les cours se feront toujours en présentiel à l’école et au collège. En revanche, au lycée, un "mélange" entre cours en classe et cours à la maison pourra être mis en place en fonction du contexte local.  Concernant le port du masque, il deviendra obligatoire en intérieur et extérieur à compter de l’école primaire. 

Au niveau 4, à l’école, les cours seront maintenus en présentiel. Mais au collège la moitié des cours se feront alors en classe et l’autre à la maison, pour les élèves de 4ème et de 3ème. Pour les lycées, tous les niveaux seront  alorsconcernés par cette hybridation à 50%.  Le port du masque restera obligatoire en intérieur et en extérieur. Le brassage, lui, restera obligatoire par niveau, et par classe à la cantine - toujours dans le cas des écoles. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société éducation