VIDEO.Covid-19 et football : un tiers des joueurs du GF38 positifs au virus, le match face à Niort reporté

Après le report du match en Ligue 2 contre l'AS Nancy-Lorraine samedi dernier, la rencontre prévue le 31 octobre face à Niort au stade René Gaillard est à son tour reportée. Les effectifs du GF38 subissent de plein fouet l'épidémie : 10 nouveaux joueurs ont été testés positifs au Covid-19.

Effectifs réduits pour le GF38 à l'entraînement malgré tout ce mardi 27 octobre
Effectifs réduits pour le GF38 à l'entraînement malgré tout ce mardi 27 octobre © Grégory Lespinasse. FranceTV Alpes
Sur son site officiel, le club de football de Grenoble avait pourtant déjà mis à l'affiche la rencontre du 31 octobre face aux Chamois Niortais. Mais ce mardi 27 octobre, le programme annoncé est remplacé par le communiqué de la Ligue de Football Professionnel :

"Après avis de la commission nationale COVID FFF, constatant l'absence certaine de plus de 10 joueurs sur la liste des 30 de Grenoble Foot 38, pour cause de test RT-PCR positif, la commission des Compétitions de la LFP, au titre de l'article 2.4.2.2 du protocole sanitaire d'organisation des matchs de la saison 2020.21 a décidé de reporter la rencontre face à Niort, comptant pour la 9ème journée de ligue 2 BKT, à une date ultérieure".

Le protocole médical de la Ligue stipule en effet qu'un match peut être reporté si un club n'a pas un minimum de 20 joueurs, dont un gardien de but, testés négatifs sur la liste de 30 joueurs déclarée à la LFP.

Ce n'est pas tout à fait une surprise, après le report, toujours pas reprogrammé du reste, samedi dernier du match contre l'AS Nancy-Lorraine. Grenoble comptait, à ce moment-là, 13 joueurs testés positifs.

Le club, jusqu'à présent relativement épargné, subit désormais de plein fouet la seconde vague du coronavirus. Le 1er octobre, neuf cas avaient déjà été déclarés positifs, dont cinq joueurs mais aussi des membres du staff.
 
Ce mardi matin, le staff a attendu la fin de l'entraînement pour leur annoncer officiellement que personne n'irait ce week-end sur le terrain "pour qu'ils restent concentrés et qu'ils restent prêts psychologiquement à jouer".

Mais à l'entraînement, l'atmosphère est forcément particulière, les trois-quarts des effectifs sont portés manquants. Heureusement, parmi les joueurs touchés, personne n'a développé de forme particulièrement grave de la maladie "même si certains ont passé quand même de sales moments" mais tous vont bien et sont à l'isolement.

Sur le site du club, la boutique est depuis longtemps fermée, la billeterie aussi. La jauge de 1000 personnes autorisée dans le stade ne permet de ne faire entrer que les seuls abonnés ou les partenaires.

A l'entraînement, aussi, les règles ont changé. Pour éviter la promiscuité des vestiaires, c'est à l'extérieur, avant de rentrer sur la pelouse, qu'ils doivent se changer.
 
Les joueurs doivent laisser "leurs tenues civiles" à l'extérieur de l'enceinte du stade d'entraînement
Les joueurs doivent laisser "leurs tenues civiles" à l'extérieur de l'enceinte du stade d'entraînement © Didier Albrand - France 3 Alpes

Les contacts avec les supporteurs ont disparu du quotidien, les rencontres avec les journalistes se font dans le cadre strict des règles de distanciation, et le passage des tests est hebdomadaire, voire deux fois par semaine dans certaines occasions. " On a toujours un peu de mal à s'y faire", avoue l'un des joueurs, Esteban Salles, gardien de but, "mais bon, jouer au football, c'est notre métier, on doit s'y plier".
 
Un entraînement à huis-clos et des mesures sanitaires à respecter strictement, entre autres, par les journalistes
Un entraînement à huis-clos et des mesures sanitaires à respecter strictement, entre autres, par les journalistes © Grégory Lespinasse. France 3 Alpes

Impossible en revanche de courir avec un masque, qui étouffe le souffle à chaque action. La pelouse d'ailleurs n'est pas le moment le plus délicat pour les risques de contamination. La circulation du virus est finalement plus difficile à cibler, dans tous les autres sites de la vie quotidienne du club, dans les vestiaires, ou quand l'entraînement est terminé. Alors, au sein du GF38, comme dans tous les autres clubs de l'hexagone, un référent Covid a été désigné, dont la mission est de "veiller au grain", et "d'assister".
 
A Grenoble, comme dans tous les clubs de France, un référent COVID a été désigné
A Grenoble, comme dans tous les clubs de France, un référent COVID a été désigné © Didier Albrand. France 3 Alpes

Sa mission ? Faire le lien avec la Fédération, veiller au respect des protocoles, programmer les tests, superviser les résultats, éviter d'éventuels relâchements, même si les joueurs "sont conscients et responsables et prennent soin les uns des autres (...) ce n'est d'ailleurs pas pendant les phases de jeu, sur le terrain, où ils sont à des distances respectables, que le risque de contamination est le plus important", souligne Augustin Douillet, le référent du club, " c'est plutôt dans la vie de tous les jours, à l'extérieur, que c'est plus inquiétant, et la recrudescence des cas positifs au sein du club correspond finalement à la réalité des contaminations en hausse dans tout le département".

Au total, trois matchs ces derniers jours ont ainsi été reportés dans le championnat professionnel, après Lens-Nantes en Ligue 1, initialement prévu dimanche (13h00), mais reporté à cause d'une avalanche de cas touchant l'effectif Sang et Or. Une situation qui rend d'ailleurs toujours incertaine la tenue de Marseille-Lens, vendredi (21h00).

Avant ces trois cas, le football français n'avait pas connu de report depuis la mise en place du protocole actuellement en vigueur, début septembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société gf 38 football sport