Déconfinement : réserver ou tenter sa chance, à Grenoble, pas simple de trouver une table au restaurant

C'est le grand jour pour les restaurateurs, ce mercredi 19 mai. Ils retroussent leurs manches, branchent leurs fourneaux pour accueillir enfin les clients entre pluie, jauge sanitaire et Covid. Faut-il réserver ou tenter sa chance ? Petit tour d'horizon pour ce tour de chauffe de la profession.

Florian Poyet le chef de Badine est prêt
Florian Poyet le chef de Badine est prêt

Des fourmis dans les jambes et l'impatience des grands jours : ce mercredi 19 mai, les restaurateurs font chauffer les casseroles et tant pis pour la jauge sanitaire ou la pluie, ils s'adaptent pour faire face et parce que 8 mois sans voir leurs clients, c'est long.

A la Tronche, la Maison Badine a profité du confinement pour faire des travaux et agrandir la terrasse histoire de pouvoir accueillir un peu plus de monde. 

 

La terrasse de la Maison Badine : complet ce mercredi 19 mai !
La terrasse de la Maison Badine : complet ce mercredi 19 mai !

Le jeune chef Florian Poyet n'a pas les deux pieds dans le même sabot. Après un tourbillon de ventes à emporter tout l'hiver, il propose désormais un service à midi avec 40 personnes. Tout est complet ce mercredi et il est conseillé de réserver les jours prochains si l'on veut déguster les petits légumes printaniers, petits pois, asperges, les moules de bouchot en pleine saison et bien sûr fraises et rhubarbe.

Le soir, couvre-feu oblige, c'est une formule apéritive "afterwork" conviviale qui est en place jusqu'au 9 juin. Plus de ventes à emporter sauf peut-être pour la fête des mères si le temps est exécrable "pour ne pas laisser les gens sans rien et gâcher la belle marchandise".

Clin d'oeil du jour  de la dessinatrice Mademoiselle Caroline sur Instagram

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Mademoiselle Caroline (@mademoisellecaroline.bd)

En centre ville de Grenoble, le Poppa, installé place aux Herbes est en ébullition. Le chef Brice, seul en cuisine, a choisi de mettre en place jusqu'au 9 juin une formule sans réservations, non-stop de 14 heures à 21 heures avec "des petites choses à grignoter" et à boire. "Il s'agit de se remettre en jambes pour nous pour l'équipe et de se retrouver."

Certains restaurateurs ouvrent carrément leurs portes, comme cet établissement situé à Meylan près de Grenoble, juste à côté de la salle de spectacle de l'Hexagone. Auparavant c'était un restaurant bio, "La balade des joyeux Marmitons", qui accueillait en intérieur et sur la terrasse une belle clientèle. L'affaire a été reprise en pleine crise sanitaire. "Le Rendez-vous" a vaillamment proposé des formules à emporter : près de 25 commandes par jour pour une cuisine traditionnelle, faite maison avec une inspiration asiatique.

Mais ce mercredi, c'est le grand jour, la terrasse peut accueillir jusqu'à 40 personnes selon la jauge sanitaire. Au menu, le chef propose un pavé de truite de Savoie, un risotto d'asperges, un étouffé de volaille avec de la tomme. Le "Rendez-vous" est ouvert le midi et continue la vente à emporter. Il envisage aussi une ouverture le vendredi et samedi soir.  

Pour tous, il s'agit d'un tour de chauffe avec en ligne de mire le 9 juin pour la vraie réouverture à plein régime si le contexte sanitaire le permet.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société cuisine culture gastronomie économie