Grève du 17 décembre à Grenoble : 28 000 manifestants selon les syndicats, 8 500 annoncés par la police

La manifestation contre la réforme des retraites, débutée à 10 heures, prend fin au parc Paul-Mistral à Grenoble. Revivez notre direct minute par minute.

Le cortège de manifestants défile dans les rues de Grenoble contre la réforme des retraites.
Le cortège de manifestants défile dans les rues de Grenoble contre la réforme des retraites. © M.S. / France 3 Alpes
Le cortège grenoblois a défilé dans le centre-ville, mardi 17 décembre, pour une journée de mobilisation très suivie. Environ 28 000 personnes se sont rassemblées contre la réforme des retraites selon les syndicats, 8 500 d'après la police. Les perturbations dans les transports et les écoles sont également très importantes.
 
Les manifestants, qui ont pris le départ de la gare à 10 heures, sont passés par le cours Jean-Jaurès, le boulevard Maréchal Joffre, le boulevard Clémenceau pour finir à l'Anneau de vitesse, au parc Mistral. Perturbations, participation... Revivez notre direct pour connaître le parcours du cortège.


13h15 - Les derniers manifestants arrivent à l'Anneau de vitesse, signant la fin de cette importante mobilisation. Des milliers de personnes sont toujours rassemblées au parc Mistral. Elles se dispersent actuellement dans le calme au terme d'une manifestation sans incident, indiquent les forces de l'ordre.
 

13 heures - Les comptages sont tombés : les manifestants sont 8 500 à défiler à Grenoble selon la police, contre 28 000 annoncés par les syndicats. Un écart considérable pour une mobilisation qui reste massive, rivalisant avec la première manifestation du 5 décembre. Cette marche avait réuni 12 500 personnes, 4 400 avaient ensuite défilé le mardi 10 décembre.


12h50 - "Aujourd'hui ça fait 13 jours qu'on est en grève mais on ne lâche pas, il y a un soutien de toute la population, des usagers, des autres collectifs qui sont en lutte", témoigne un cheminot dans le cortège.
 

12h10 - La tête de cortège est rendue à l'Anneau de vitesse, deux heures après le départ, alors qu'un nombre important de manifestants remonte encore le boulevard Clémenceau. Les premières estimations devraient être connues d'ici quelques minutes. Plus d'une dizaine de milliers de personnes seraient mobilisées, selon nos journalistes sur place.
 

11h50 - Personnel soignant, sapeurs-pompiers, intermittents du spectacle, enseignants, cheminots... En musique ou en tenue de travail, les différents corps de métier se regroupent dans le cortège. "Y en a ras le bol de ces guignols qui cassent nos retraites et cassent nos écoles", chantent notamment des fonctionnaires défilant sous la bannière FSU. Petit résumé en images des professions mobilisées.
   
Les personnels hospitaliers sont mobilisés pour l'hôpital public.
Les personnels hospitaliers sont mobilisés pour l'hôpital public. © M.S. / France 3
   
"Métro, boulot, caveau" : les cheminots sont aussi dans le cortège.
"Métro, boulot, caveau" : les cheminots sont aussi dans le cortège. © D.B. / France 3 Alpes
 

11h40 - "Pour la réforme des retraites, c'est le troisième jour de mobilisation, mais pour les personnels du CHU de Grenoble, ça fait 9 mois qu'on est en grève, pointe Sophie Michallet, infirmière au CHU de Grenoble. Aujourd'hui on est là contre la réforme des retraites mais surtout pour la défense du service public et notamment du service public hospitalier qui est en forte souffrance depuis de nombreuses années."

La réforme des retraites n'est "qu'une toute petite partie" des raisons qui ont poussé les personnels hospitaliers dans la rue, selon la manifestante, évoquant "la souffrance" qu'ils ressentent au quotidien.
 
durée de la vidéo: 00 min 21
Manifestation contre la réforme des retraites à Grenoble : les personnels hospitaliers se joignent au cortège


11h30 - "Il y a des Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles, NDLR) qui ont du mal à aller jusqu'à la retraite maintenant parce qu'elles ont des maladies musculo-squelettiques, donc elles sont en arrêt longue maladie, et avec la réforme, on tiendra pas plus", prévient une manifestante.

Comme les enseignants, les Atsem sont largement mobilisés contre la réforme des retraites ce mardi. Ces agents dénoncent notamment la volonté du gouvernement de fixer un âge pivot à 64 ans, mettant en avant leurs conditions de travail difficiles.
 

11h20 - Comme ailleurs en France, la CFDT fait bande à part à Grenoble. Les sympathisants du syndicat réformiste se sont réunis autour de 10h30 sur la place de la gare pour un départ plus tardif que la CGT. Les deux syndicats ne sont "ni des ennemis ni des partenaires", estime Laurent Berger (CFDT).
 

11 heures - "Macron nous fait la guerre et sa police aussi", scandent maintenant les manifestants qui remontent le boulevard Maréchal Foch. Pour rappel, la circulation risque d'être fortement perturbée sur les boulevards pendant toute la durée de la manifestation, évitez le secteur.
 

10h30 - Les personnels du CHU Grenoble-Alpes sont également mobilisés contre la réforme des retraites. Au programme : distribution de tracts dans le centre-ville, à deux pas de la place Victor-Hugo, et signatures d'une pétition pour "sauver l'hôpital public". "Beaucoup de questions, beaucoup de soutiens, quelques réticences", commente le collectif inter-hôpitaux du CHUGA sur Twitter.
 

10 heures - Le cortège défile sur les voies de tram de l'avenue Alsace-Lorraine. De grosses perturbations sont attendues sur le réseau TAG jusque dans l'après-midi. Retrouvez le détail des lignes interrompues sur leur site.
 
En tête de cortège, des drapeaux de la CGT et quelques uns de l'Union nationale des lycéens (UNL) dont une dizaine de membres viennent de se joindre à la marche. Marchant côte-à-côte, étudiants et lycéens "en colère" chantent des slogans contre la réforme des retraites mais aussi contre la précarité étudiante. "Ni sélection, ni baisse des pensions", peut-on lire sur l'une des banderoles.
   
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social grève
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter