VIDEO. Maxime Blasco : après les Invalides, revoir l’hommage rendu au soldat à la caserne de Varces

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot

Ce jeudi 30 septembre, un nouvel hommage a été rendu à Maxime Blasco, soldat isérois tué au Mali. Une cérémonie était organisée à la caserne de Varces (Isère), siège du 7e BCA. Hier, lors d’un premier hommage aux Invalides, le Sergent Blasco a été décoré de la légion d'honneur.

C’est un hommage plus intime et plus familial qui a eu lieu ce jeudi 30 septembre, rendu par ses frères d'armes du 7e bataillon de chasseurs alpins de Varces auquel appartenait Maxime Blasco. La cérémonie a débuté à 15 heures pour s'achever une heure plus tard. Elle était présidée par le général d’armée Pierre Schill, chef d’état-major de l’armée de terre.

France 3 Auvergne Rhône Alpes a retransmis en direct cette cérémonie d’hommage.

Officier de la légion d’honneur

Ce mercredi, une cérémonie d’hommage nationale a eu lieu à l’hôtel des Invalides à Paris. Au cours de cette cérémonie, le sergent Maxime Blasco, tué en opération au Mali, a été fait officier de la légion d'honneur à titre posthume par Emmanuel Macron. Le président s'est approché du cercueil du militaire, sur lequel il a posé ses mains, avant de prononcer : "Sergent Blasco, je vous fais officier de la légion d'honneur."

La famille du soldat assistait à la cérémonie, son enfant de 8 ans portait la tarte (le béret) des chasseurs alpins. Le Premier ministre Jean Castex et de nombreux membres du gouvernement étaient également présents. 

La dépouille de Maxime Blasco, âgé de 34 ans, avait précédemment traversé le pont Alexandre III dans un fourgon mortuaire précédé d'une escorte de gendarmerie, alors que les militaires sur les côtés étaient au garde à vous et que d'autres, dans la foule, applaudissaient.

 

52ème soldat tué au combat depuis 2013

Selon l'état-major des armées, la victime a été tuée "au cours d'une opération de reconnaissance et de harcèlement" dans la région de Gossi, à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. "Des éléments d'un groupe armé terroriste ont été détectés par un drone Reaper tôt dans la matinée, dans la forêt de N'Daki. Une patrouille de deux hélicoptères d'attaque a été rapidement engagée pour les neutraliser".

Un groupe de commandos a ensuite été déployé au sol. Il "a été pris à partie à courte distance par d'autres éléments du groupe armé terroriste. Au cours de cette action, le caporal-chef Maxime Blasco a été touché par un tireur embusqué". Le soldat a rapidement succombé à ses blessures.

Son décès porte à 52 le nombre de soldats français tués au combat au Sahel depuis 2013 dans les opérations anti-djihadistes Serval puis Barkhane, auxquels s’ajoutent six morts par accident.