Grenoble : chauffage, eau chaude, électricité, comment la centrale Biomax veut accélérer la transition énergétique

Sur le chantier de "Biomax", la future centrale au bois de l'agglomération de Grenoble. / © Xavier Schmitt - France 3 Alpes.
Sur le chantier de "Biomax", la future centrale au bois de l'agglomération de Grenoble. / © Xavier Schmitt - France 3 Alpes.

"Biomax", c'est le nom de la future centrale au bois de l'agglomération grenobloise. A terme, elle permettra d'étendre le réseau de chauffage et de produire de l'électricité. Un projet d'envergure dans la transition énergétique engagée par la Métropole.

Par Yann Gonon

Ce mardi 19 février 2019, une visite de chantier était organisée sur le site de "Biomax", la future centrale au bois de l'agglomération de Grenoble. Un projet de 52 millions d'euros qui ambitionne d'accélérer la transition écologique voulue par la Métropole.

La chaudière sera l'élément central de "Biomax". C'est là où sera brûlée la biomasse constituée de plaquettes de bois ou encore de résidus de scierie. La vapeur produite servira à générer du chauffage mais aussi de l'eau chaude pour environ 20 000 logements ainsi que de l'électricité pour 10 000 clients.

La chaudière biomasse complètera les trois centrales de chaleur de l'agglomération de Grenoble, dont l'usine d'incinération des déchets.

Pour la métropole, c'est un nouveau pas en avant dans la transition énergétique. Ses promoteurs l'assurent, la centrale Biomax limitera les rejets de poussières et de gaz polluants.

L'approvisionnement en bois proviendra de la région, dans un rayon de 60 kilomètres autour de Grenoble.

Le démarrage est prévu en mars 2020.

Voir le reportage de Xavier Schmitt et de Nathalie Rapuc.
 

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus