Grenoble: démantèlement d'un trafic de drogue "d'envergure", des militaires parmi les clients

Lundi 11 janvier, 170 gendarmes isérois et une trentaine d’enquêteurs ont conduit une grande opération de lutte contre un réseau de trafic de drogue. 12 personnes, suspectées d’avoir pris part à ce réseau dans l’agglomération grenobloise, ont été interpellées.

Plusieurs kilos de drogue, une Mercedes, des armes et des produits de luxe ont été saisis par les gendarmes.
Plusieurs kilos de drogue, une Mercedes, des armes et des produits de luxe ont été saisis par les gendarmes. © Parquet de Grenoble

C’est une opération d’envergure qui a été menée par les forces de l’ordre. Lundi 11 janvier, 170 gendarmes dont 5 équipes cynophiles, accompagnés d’une trentaine d’enquêteurs sont intervenus dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour trafic de stupéfiants. À l’issue de cette opération, conduite par la compagnie de gendarmerie de Grenoble, 12 personnes ont été interpellées.

Selon Boris Duffaut, procureur adjoint de la République de Grenoble, ce sont les gendarmes de la brigade de Vif qui avaient détecté ce trafic en février 2020 "après avoir obtenu un renseignement sur des ventes de produits stupéfiants aux abords de la caserne militaire de Varces".

 

Des militaires parmi les clients 

Après les premières investigations démontrant que le réseau était particulièrement actif, la brigade de recherche de la compagnie de Grenoble, mandatée par le parquet, s’est rendue compte que le réseau "ne se limitait pas à quelques reventes de produits à des militaires mais à toute une clientèle de l'agglomération grenobloise".

Au fil de leur enquête, les gendarmes sont parvenus à remonter jusqu’au revendeur principal. "Bien installé dans son trafic et assisté par plusieurs lieutenants qu’il rémunérait grassement, ce dealer écoulait plusieurs kilos de cannabis par semaine", raconte Boris Duffaut dans un communiqué.

L’ensemble des individus membres du réseau ont par la suite été identifiés. Les gendarmes sont même parvenus à déterminer leurs rôles au sein de l’organisation, spécialisée dans la vente de résine de cannabis, d’herbe et de cocaïne.

"L’enquête arrivant à maturité et après avoir surveillé et matérialisé plusieurs convoyages, le juge d’instruction et les gendarmes choisissaient de passer à l’action le 11 janvier et de procéder aux interpellations des auteurs présumés dans les communes de Grenoble, Echirolles, Eybens, Pont de Claix, St Egrève, Meylan ainsi qu'à Regnier-Esery en Haute-Savoie" ajoute le procureur adjoint.

 

Saisie de stupéfiants, d'armes et d'argent liquide

Suite à ces perquisitions, les gendarmes ont saisi 1,5 kilo de résine de cannabis, 1 kilo d’herbe et quelques grammes de cocaïne, 4 armes à feu (2 revolvers 357 magnum, 1 pistolet automatique 7.65mm et un fusil semi-automatique à canon scié), une grande quantité de munitions, plus de 23.000€ en petites coupures et tout le nécessaire au conditionnement et à la vente de produits stupéfiants.

"De nombreux vêtements et objets de luxe tels que des parfums, sacs de marques, une montre Rolex d'une valeur de 10000 euros et une Mercedes 45 AMG d'une valeur de 35000 euros étaient également saisis", conclut Boris Duffaut.

Au terme de l’enquête, 10 hommes entre 20 et 37 ans ont été mis en examen pour "trafic de stupéfiants, blanchiment, participation à une association de malfaiteurs et détention d'arme". Le Parquet précise que 6 d'entre eux ont été placés en détention provisoire et 4 placés sous contrôle judiciaire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers