• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Grenoble : une enquête ouverte après la diffusion de vidéos sur l'agression d'une femme transgenre

La Sûreté départementale de l'Isère a ouvert une enquête après la diffusion de ces vidéos. Photo d'illustration. / © Christophe SIMON / AFP
La Sûreté départementale de l'Isère a ouvert une enquête après la diffusion de ces vidéos. Photo d'illustration. / © Christophe SIMON / AFP

Une femme transgenre a été insultée et menacée dans les rues de Grenoble, ses agresseurs ont ensuite publié plusieurs vidéos de la scène sur Twitter. Une enquête a été ouverte par la Sûreté départementale de l'Isère pour "violences en réunion à caractère homophobe".

Par MD

Les vidéos ont suscité l'émoi et l'indignation de nombreux internautes sur Twitter. Filmées à Grenoble, elles montrent l'agression transphobe d'une femme par un groupe d'inconnus. Elles ont été relayées des milliers de fois, notamment par des responsables d'associations luttant contre l'homophobie.
 

Une enquête a été ouverte par la Sûreté départementale de l'Isère pour "violences en réunion à caractère homophobe", indique une source policière vendredi 23 août confirmant une information du Dauphiné Libéré. Les investigations qui font suite à la diffusion de cette scène violente ne font que commencer, les vidéos originales ont été capturées pour être étudiées par les enquêteurs.

 

Pas de plainte déposée


La scène, filmée et diffusée par les agresseurs, se déroule en pleine nuit dans les rues de Grenoble. Sur la première, les individus poursuivent la victime et l'insultent avant de la menacer. Face à la véhémence de ses agresseurs, la jeune femme prend la fuite en courant, poursuivie par plusieurs individus.
 

"La victime ne s'est pas encore fait connaître et son témoignage est souhaité pour établir les circonstances des faits même si sa plainte n’est pas indispensable pour poursuivre", a indiqué le procureur de la Répubique de Grenoble Eric Vaillant. Les enquêteurs ne souhaitent pas communiquer davantage d'éléments à ce stade.

"Sans nouvelles de la victime, tous les témoignages sont les bienvenus", a commenté Guillaume Mélanie, co-président de l'association Urgence homophobie sur Twitter. Il a également lancé un appel au maire de Grenoble Eric Piolle, lui demandant de "prendre connaissance de ces images et de demander aux services compétents d’intervenir pour retrouver les agresseurs". Ce dernier a réagi dans un tweet : "Une agression transphobe de plus, cette fois à Grenoble: inacceptable ! (...) A ceux qui disent que l'égalité coûte trop cher à notre société, et qui fragilisent les acteurs du respect, voyez le prix de l'ignorance".
 

 

Sur le même sujet

Rhône : un domaine du Beaujolais distingué par le guide 2020 des meilleurs vins de France

Les + Lus