Grenoble : un ensemble HLM va expérimenter des batteries de stockage de l'énergie solaire, une première en France

Un ensemble HLM va expérimenter l'auto-consommation collective via des panneaux photovoltaïques à Grenoble. Les locataires pourront, s'ils le désirent, consommer directement l'énergie produite par les panneaux qui sera stockée dans des batteries, une première.

Cette expérimentation est une première en France.
Cette expérimentation est une première en France. © C. A.-E. / France 3 Alpes
C'est à Grenoble, dans le quartier de la Presqu'île, que va être construite la centrale photovoltaïque la plus importante implantée sur un immeuble d'habitation. Un quart de sa production sera dédiée à l'auto-consommation des locataires, s'ils décident d'adhérer à l'expérimentation et signer un contrat avec l'opérateur public GEG (Gaz électricité de Grenoble) pour leur acheter cette énergie.

"C'est une sorte de circuit court, on utilise le réseau qui est déjà là, explique Sébastien Gréhant, responsable de projet GEG. On produit de l'énergie, on l'injecte dans le réseau de distribution et cette énergie va être consommée directement par les locataires, s'ils consomment au moment où il y a de la production."

 

L'eau de pluie récoltée et potabilisée


Grande nouveauté : des batteries de stockage vont être construites pour permettre d'augmenter l'autonomie des deux immeubles à 66%. Et non plus d'utiliser l'énergie produite uniquement lorsque le soleil est à son zénith, de 11 heures à 15 heures. "On a créé une application pour que chaque locataire suive l'origine de sa production en temps réel : si elle vient du solaire, des batteries ou du réseau et puis suivre sa consommation", ajoute Vincent Joly, responsable de projet chez Bouygues.

Les futurs locataires de cet ensemble HLM de 62 logements pourront tous candidater pour participer à cette expérimentation qui va durer cinq ans. Il ne s'agit pas seulement d'autonomie en électricité, car l'eau de pluie sera également collectée et potabilisée. La consommation en eau du résident pourrait ainsi être divisée par deux ou trois.  

"C'est un projet innovant dont on pense qu'il va se développer à l'avenir, estime Christine Gochard, directrice générale de GEG. Les circuits courts, l'attention à ce qu'on se consomme, à la production se développent, donc on pense que ça va se développer aussi pour l'énergie et c'était important pour nous de participer à ce projet". Les premiers locataires intégreront leurs appartements en mars 2020. Cette année-là, un autre projet de bâtiment autonome devrait voir le jour à Echirolles, en banlieue grenobloise. 
 
Grenoble : un ensemble HLM va expérimenter des batteries de stockage de l'énergie solaire

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement société innovation sorties et loisirs