Grenoble : l'IGPN saisie après l'accident de scooter qui a causé la mort d'un jeune homme

Un homme de 21 ans est toujours entre la vie et la mort après un grave accident de scooter survenu lundi à Grenoble. Photo d'illustration. / © PATRICK KOVARIK / AFP
Un homme de 21 ans est toujours entre la vie et la mort après un grave accident de scooter survenu lundi à Grenoble. Photo d'illustration. / © PATRICK KOVARIK / AFP

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a ouvert une enquête sur l'accident de scooter qui s'est produit lundi 5 août à Grenoble. Le scootériste de 21 ans qui avait tenté d'échapper à un contrôle de police est décédé à l'hôpital mardi.

Par M.D. avec AFP

La "police des polices" a été saisie mardi 6 août pour enquêter sur les circonstances du grave accident de scooter survenu lundi à Grenoble. Un jeune homme de 21 ans, en état de mort cérébrale depuis son admission au CHU Grenoble-Alpes, est décédé à l'hôpital mardi.

Les faits se sont produits sur le boulevard Joseph Vallier, l'une des grandes artères de la ville, autour de 22h30. La victime avait tenté de se soustraire à un contrôle policier, grillant un feu rouge au guidon de son 125 cm3, a indiqué la police dans un communiqué.
 

Selon le compte-rendu policier, le conducteur du deux-roues se serait "accidenté seul" sur une piste cyclable après avoir pris la fuite devant le véhicule de la patrouille, dont les "avertisseurs sonores et lumineux étaient en fonction". Un appel à témoins a été lancé par la police de Grenoble pour préciser les circonstances du drame.

 

"Lever tout doute"


Souffrant d'une "plaie saignante importante au niveau du visage", le jeune homme, pourtant porteur d'un casque, a été transporté dans un état critique à l'hôpital, où il est décédé le lendemain de l'accident. Contactée, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) de Lyon confirme qu'elle a été saisie de l'enquête, mais s'est refusée à tout autre commentaire.
 

"Nous avons des traces de freinage de huit mètres de long. Ce jeune homme a vraisemblablement chuté seul. Compte-tenu des circonstances actuelles, L'IGPN a été saisie pour lever tout doute et protéger les fonctionnaires de police", a indiqué pour sa part le parquet de Grenoble.

 

Sur le même sujet

Les + Lus