A Grenoble, il insulte les policiers et tente de les frapper avant d'être maîtrisé au taser

© Google Map
© Google Map

Vers 22 heures dimanche 6 août, les policiers interviennent pour un différend sur la voie publique avenue Jeanne d'Arc. Il leur est impossible de calmer un individu complètement hors de lui. Gas lacrymogène et taser ont été employés pour arriver à maîtriser la situation.

Par France 3 Alpes

21 heures 56, en cette fin de dimanche même si la canicule est retombée, c'est l'escalade sur cette avenue proche du parc Paul Mistral. Les policiers intervenant se font tout d'abord copieusement insulter par l'individu passablement irascible. Il  joint  l'invective à l'acte et tente dans un premier temps de porter des coups à l’un des fonctionnaires, obligeant ces derniers à faire usage de gaz lacrymogène.

Le calme rétabli mais cela ne dure pas  car le mis en cause s'empare dans une poubelle d’un objet métallique afin de frapper à la tête un autre fonctionnaire.

Les policiers dégainent alors le taser en mode électrode et l'homme est maîtrisé. Les ardillons, ces petits électrodes métalliques du taser sont laissés et enlevés aux urgences de l'hôpital. Une échauffourée musclée qui n'aura pas fait de de blessé chez les fonctionnaires de police.

(Explication technique fournie par les policiers : il existe deux sortes de taser bien distinctes, la première est celle qui est en vente accessible au public, un taser en mode contact avec arc électrique qui va dispenser une petite décharge.

La seconde est un taser beaucoup plus puissant,  un taser tir qui projette à 15 mètres des électrodes sur les vêtements ou sur la peau de la personne visée.
Son usage est extrêmement réglementée et bien sur il n'est pas disponible à la vente et réservé aux forces de l'ordre.

Sur le même sujet

Saint-Etienne : gros plan sur l'invention du livre "augmenté"

Près de chez vous

Les + Lus