Grenoble lance la première "école municipale du vélo" pour apprendre à circuler en ville

La Ville de Grenoble a inauguré ce mercredi son "école municipale du vélo" destinée à dispenser des cours dans les écoles mais aussi aux adultes, quel que soit leur niveau. L'idée est de rendre plus accessible la pratique du vélo en apprenant à circuler en ville.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Promouvoir l'usage de la bicyclette auprès des enfants et des adultes, y compris auprès des publics populaires : c'est l'idée de la toute nouvelle "école municipale du vélo" inaugurée mercredi 22 novembre par la Ville de Grenoble.

Si des associations locales dispensaient déjà des cours de vélo, "beaucoup de gens restaient sur le carreau, notamment des femmes issues de quartiers populaires", explique Djamel Wazizi, conseiller municipal en charge du dossier.

Lancée en septembre, l'école dispense via des formateurs des cours de "savoir rouler à vélo" aux écoliers avec pour objectif d'apprendre à l'ensemble des écoliers grenoblois à rouler en autonomie sur la voie publique avant leur entrée en 6e.

Dotée d'un parc de 70 vélos appelé à terme à augmenter, elle s'adressera aussi à partir de l'année prochaine aux adultes, avec pour objectif d'en former 300 par an, par cycles de dix séances, selon ses responsables. Deux formules seront proposées : un cours "premier coup de pédale" pour apprendre le vélo et un autre de "remise en selle" pour les cyclistes qui appréhendent de circuler en ville.

"Diffuser la culture vélo"

La création de cette école, une "première" du genre, a été décidée "au vu de l'engouement pour la pratique", souligne Djamel Wazizi. L'idée n'était pas de "prendre la place de tout ce qui existait déjà (...) mais bien de faire un lieu central et de coordonner un peu tout ce qui se passait" pour "répondre facilement demain à l'ensemble des demandes", explique de son côté Emilie Leyssieux, chargée de projet qui a mis sur pied l'école, qui s'installera au cœur du parc Paul-Mistral début 2024.

Celle-ci permettra de "diffuser la culture vélo, d'en faire un objet attractif qui fait communauté" et de promouvoir le "savoir-rouler, essentiel quand la pratique explose", espère pour sa part le maire écologiste Eric Piolle, qui a confié avoir lui-même grillé des feux rouges à vélo avant d'être élu en 2014.

"On a évidemment les yeux tournés vers des villes qui sont beaucoup plus avancées que nous et c'est dans cette direction qu'on veut aller", a-t-il ajouté, mentionnant en exemple Amsterdam ou Copenhague. L'école est financée grâce au "bouclier de justice sociale et climatique" voté en mars dernier par la municipalité grenobloise, lui-même financé au moyen d'une nette hausse de la taxe foncière.

Ville parmi les plus plates de France malgré son environnement montagneux, Grenoble a régulièrement été distinguée ces dernières années par le baromètre des villes cyclables de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).