Grenoble : de nouvelles œuvres à regarder à la loupe pour le second volet de l'exposition sur Rembrandt

La saison 2 du Cabinet Rembrandt démarre à Grenoble à l'occasion des 350 ans de la mort du peintre hollandais. Une exposition comportant une trentaine nouvelles estampes qu'il vaut mieux étudier à la loupe.

La saison 2 du Cabinet Rembrandt dévoile 36 nouvelles gravures du peintre hollandais à Grenoble.
La saison 2 du Cabinet Rembrandt dévoile 36 nouvelles gravures du peintre hollandais à Grenoble. © France 3 Alpes
Toutes la précision du maître hollandais du XVIIe siècle étudiée à la loupe. Dans le deuxième volet de l'exposition Cabinet Rembrandt à Grenoble, l'immense génie du peintre baroque se dévoile au couvent Sainte-Cécile en 36 nouvelles gravures époustouflantes de précision et de vie.

On peut y apprécier toute la minutie des oeuvres au détail près... à la seule condition de s'emparer d'une des loupes mise à la disposition du public. Ces bijoux ciselés dans le cuivre puis couchés sur du papier sont d'une minutie déroutante, certaines de ces estampes sont à peine plus grande qu'un timbre.

"Le papier et le cuivre coûtaient cher donc il y a des raisons économiques. Ensuite, les estampes étaient destinées à être gravées donc il était lié à des formats de presse. Une autre raison est qu'il y a beaucoup de scènes, notamment les portraits, qui étaient des études de têtes sur lesquelles il s'entraînait pour ensuite animer des oeuvres de plus grand format que sont les scènes historiques et mythologiques", explique Sophie Boizard, éditrice chez Glénat.
 
 

Jamais égalé, souvent imité...


Portraits, représentations religieuses ou scènes de la rue quotidienne... L'exposition grenobloise est un condensé représentatif de l'oeuvre de l'artiste pour le 350e anniversaire de sa disparition. "On a fait en sorte que tous les grands thèmes représentés par Rembrandt figurent dans l'exposition, à savoir les autoportraits, les scènes de genre, les scènes religieuses, les nus, ainsi que les différentes périodes de son travail. On a aussi cherché l'homogénéité avec des oeuvres très fortes dans les deux saisons", ajoute l'éditrice.

L'aquaforiste subjugue par sa maîtrise du trait, de la lumière et du clair obscure. Jamais égalé, mais souvent imité : "au XVIII, des petits malins, sûrement pour des raisons financières, se sont décidés à multiplier les oeuvres de Rembrandt en faisant un faux avec un simple couper coller." Rembrandt est à l'honneur sur les murs de l'ancien parloir du couvent Sainte-Cécile de Grenoble jusqu'au 29 février 2020, ou en deux tomes aux éditions Glénat.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
expositions culture art histoire sorties et loisirs