Grenoble : la police de nouveau visée par des tirs de mortiers

Depuis quelques semaines, les attaques "au mortier" menées à l'encontre des forces de l'ordre se multiplient dans l'agglomération grenobloise. Vendredi soir, la police a une nouvelle fois été la cible d'une série d'agressions entre 19 h 30 et 22 heures. 

Les CRS et la BAC ont été visés par des tirs de mortiers dans la soirée du 30 octobre.
Les CRS et la BAC ont été visés par des tirs de mortiers dans la soirée du 30 octobre. © DENIS CHARLET / AFP
Les forces de l'ordre ont de nouveau été visées par des tirs de mortiers hier soir, vendredi 30 octobre, dans l'agglomération grenobloise. Les attaques ont débuté aux alentours de 19 h 30 dans plusieurs secteurs de la ville à l'encontre des CRS : avenue des États Généraux, Salvador Allende, Grand Place, rue de Normandie, Pierre et Marie Curie. Aucun blessé n'est à déplorer mais les fonctionnaires ont relevés une soixantaine d'impacts sur les véhicules. Un pare-brise et une vitre latérale gauche ont été brisés et une porte a été cassée durant l'attaque. 

A 21 h 45, les fonctionnaires de la BAC ont à leur tour été la cible d'une attaque au mortier avenue Rhin et Danube. Après avoir reçu du renfort, ils ont tiré 3 tirs de LBD avant un retour au calme. Au même moment, rue Elie Carton, des policiers ont eux aussi reçu des tirs mais n'ont pas été atteints. 
 

Interdiction de la vente de feux d'artifices

Les incidents de ce type se multiplient depuis quelques semaines dans l'agglomération de Grenoble, ce qui a conduit le préfet à interdire "la vente, la détention et l’usage sur la voie publique de fumigènes, pétards ou feux d’artifices simples ou de type mortiers". Une interdiction applicable jusqu'au 30 novembre.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers