Grenoble : une femme, diagnostiquée schizophrène, reconnaît avoir égorgé Sidi Lachcine dans le quartier Teisseire

Placée en garde-à-vue hier, une femme de 57 ans, diagnostiquée schizophrène et suivie psychiatriquement, a reconnu en présence de son avocat avoir égorgé Sidi Lahcine car "des voix lui demandaient de le faire", indique ce vendredi 26 février le procureur de Grenoble Eric Vaillant.

La victime a été retrouvée égorgée,  rue Georges-de-Manteyer dans le quartier Teisseire ( Mardi 22 février 2021)
La victime a été retrouvée égorgée, rue Georges-de-Manteyer dans le quartier Teisseire ( Mardi 22 février 2021) © France 3 Alpes

'Une femme née en 1963, diagnostiquée schizophrène et suivie psychiatriquement a été placée en garde à vue hier 25 février 2020 par la police judiciaire de Grenoble. Elle a reconnu en présence de son avocat avoir égorgé Sidi Lahcine car des voix lui demandaient de le faire", indique ce midi le procureur de la République de Grenoble

"D’autres éléments viennent corroborer ses déclarations. Les médecins ont décidé ce jour de son hospitalisation complète sous contrainte. Elle ne sera donc pas déférée ce jour devant un magistrat instructeur. Une expertise sera réalisée pour déterminer la responsabilité pénale de la mise en cause", précise Eric Vaillant.

Une instruction est ouverte ce jour par le parquet du chef d’assassinat. "Cela permettra à la famille de la victime d’avoir un complet accès au dossier", ajoute le Procureur.

Sidi Lahcine, âgé de 52 ans, a succombé à ses blessures après avoir reçu un coup de cutter à la gorge lundi 22 février à Grenoble.  Ce sont des riverains qui avaient alerté la police peu après 13 heures. Le quinquagénaire avait été découvert inanimé dans une rue du quartier Teisseire, non loin de son domicile.

L'enquête a été confiée à l'antenne de la police judiciaire de Grenoble.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers